BFMTV

Agriculture: la location de vaches, une pratique en plein essor

La vache et le garçon de 15 ans s'en sont sortis indemnes (illustration).

La vache et le garçon de 15 ans s'en sont sortis indemnes (illustration). - GEORGES GOBET / AFP

Environ 30.000 vaches sont actuellement louées en France. Pour les éleveurs locataires, il s'agit d'un moyen simple et économique d'agrandir un cheptel sans passer par l'emprunt.

Face à la crise des agriculteurs, dont beaucoup n'arrivent plus à vivre de leur métier en raison de la chute des prix du lait et du porc, il y a les réponses nationales, annoncées le mois dernier par le ministre Stéphane Le Foll. Mais on remarque aussi une prise d'initiatives concrètes de la part des acteurs eux-mêmes. En Normandie comme dans la Manche, plusieurs agriculteurs ont trouvé une solution simple et pratique pour faire des économies, et notamment éviter les emprunts: louer des vaches plutôt que d'en acheter pour agrandir leur troupeau, comme le rapporte Ouest France ce lundi.

"À choisir, je préfère être propriétaire de vingt hectares de terres que de vingt vaches", témoigne auprès du journal régional Gildas Gédouin, un producteur de lait bio basé à Servon, près du Mont-Saint-Michel, qui ne possède plus que trente vaches laitières sur les 75 que comporte son troupeau.

Croiser les troupeaux pour enrichir le lait

Au-delà de l'intérêt économique, la location permet aussi de pouvoir jouer sur les races avec flexibilité: en 2013, lui et son épouse avaient signé un contrat de location pour dix génisses de race Brune, prêtes à vêler, qu'il souhaitait croiser avec leur troupeau de Prim'Holstein. L'objectif: produire un lait plus "riche" en matière grasse et protéique, expliquent-ils à Ouest France.

Première régie européenne de troupeaux laitiers, la société française Gestel propose la location de vaches depuis 43 ans. Basée à Lyon, elle apporte en location des génisses prêtes à vêler ou achète une partie du troupeau, avant de le louer à l'éleveur. Aujourd'hui, environ 2.000 éleveurs français ont signé un contrat avec elle pour 30.000 vaches louées, soit 1% du cheptel du pays.

Ma. G.