BFMTV

Accès aux services: de fortes inégalités entre ville et campagne

Entre ville et campagne, les inégalités sont fortes dans l'accès aux services de la vie courante, comme ici dans l'Aude.

Entre ville et campagne, les inégalités sont fortes dans l'accès aux services de la vie courante, comme ici dans l'Aude. - BFMTV

Les temps de trajet pour accéder aux services de la vie courante varient du simple au triple entre zones urbaines et zones rurales.

Vivre à la campagne a indéniablement des avantages. L’air y est sans doute plus pur et le calme plus sûr. Mais la ruralité a aussi ses défauts et l’Insee ne manque pas de les signaler dans une étude parue mercredi. L'Institut national de la statistique révèle de fortes disparités dans l'accès aux services de la vie courante en France métropolitaine. Entre ville et campagne notamment.

Du simple au triple

Dans les grandes agglomérations, aller acheter son pain ou se rendre chez le médecin est possible en moins de quatre minutes en voiture. L’Insee précise qu’un Français sur deux peut y avoir accès dans ce faible laps de temps. Or, cette moitié de population se concentre dans les 3.000 communes les plus densément peuplées.

En milieu rural, au contraire il faut parfois compter jusqu’à trois fois plus de temps. Dans les communes peu denses ou très peu denses, le temps d’accès aux services de la vie courante peut prendre 6 à 14 minutes, voire plus. "Dans certaines régions, plus d'un habitant sur quatre vit à plus de 7 minutes" de ces services. C’est le cas dans l’Aude par exemple. Certains villageois doivent parcourir jusqu’à 20km pour faire leurs courses.

"Le premier supermarché est à au moins 20 minutes en voiture. Ce n’est pas si loin en kilomètres mais les routes sont très sinueuses", témoigne Emmanuel, un habitant de Belvis, une petite localité située au pied des Pyrénées.

L’Ile-de-France, la mieux lotie

Sans grande surprise, en Ile-de-France, la quasi-totalité de la population accède à ces services en moins de sept minutes, de même que dans deux autres régions très urbanisées, Paca (95%) et Nord-Pas-de-Calais-Picardie (91%). Ce n'est en revanche le cas que pour la moitié des habitants de la Corse, en raison notamment du relief et de la répartition du peuplement.

De fortes différences existent au sein même des nouvelles "grandes régions" qui ont vu le jour le 1er janvier, par exemple entre le Nord-Pas-de-Calais (97%) et la Picardie, dont seulement 78% des habitants ont accès aux principaux services en moins de sept minutes. Même distinction entre l'Auvergne (75%) et Rhône-Alpes (89%), plus urbanisée.

Pierjean Poirot avec Antoine Heulard et Camille Michelland