BFMTV

A Villeneuve-la-Garenne, ville la plus pauvre du 92, la mairie a remplacé Pôle Emploi

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Alors que les chiffres du chômage pour le mois de janvier seront publiés ce mercredi soir, RMC s'est rendu à Villeneuve-la-Garenne, la ville la plus pauvre des les Hauts de Seine. Ici, pas de Pôle Emploi, la mairie a dû prendre le relais.

C'est la ville la plus pauvre du département et il n'y a même pas de Pôle emploi. 25.000 habitants, un taux de chômage qui frise les 16 % (6 points de plus que la moyenne nationale). L'agence la plus proche est à un quart d'heure de voiture.

Alors la mairie a décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Il n'y a pas de Pôle Emploi, qu'à cela ne tienne, l'équipe municipale a déjà pris le relais. "Toute personne qui cherche un emploi a juste à sonner, et il est pris en charge", affirme un employé de la mairie.

Sur le tableau d'affichage, des dizaines d'offres sont épinglées. L'employeur que tout le monde convoite, c'est un grand centre commercial. "Plus de 50 CV arrivent tous les jours", assure la mairie. "Avant l’ouverture du centre, on est déjà à plus d’une centaine de recrutements."

"Ça va me changer ma vie", confirme Soraya, 40 ans, qui vient de signer son premier CDI comme vendeuse. "La mairie remplace le Pôle Emploi ici."

"Nous n'avons plus d'espérance"

Et quand on demande à l'adjoint au maire, Alain Bortolomeolli, si c'est vraiment le rôle de la mairie de trouver du travail à ses habitants, la réponse fuse. "Il faut bien que quelqu’un le fasse. Les besoins sont là".

Mais la situation reste très difficile pour les habitants, notamment les jeunes qui déplorent le manque de moyens mis à leur disposition. "Il faudrait déjà commencer à avoir un Pôle Emploi", regrette Nicolas. "Les gens disent que les jeunes ne veulent pas travailler, mais comment faire sans Pôle Emploi? Personne ne m’a jamais aidé, c’est le désespoir. Il me semble qu’il y a un fort taux d’abstention ici. Mais voter pour qui, pour quoi, pour quel projet ? Nous n’avons pas de raison d’espérance."

Avec 16% de taux de chômage dans la commune, l’emploi sera bien sûr le cœur de la bataille des municipales.

La rédaction avec Juliette Droz