BFMTV

A Paris, les soldes attendus: "47% des commerçants commencent à avoir des problèmes de trésorerie"

Après un mois de décembre morose marqué par les manifestations de gilets jaunes, les commerçants parisiens entament les soldes avec des stocks élevés. Selon la CCI de Paris, près de la moitié d'entre eux disent rencontrer des problèmes de trésorerie.

Les soldes ont débuté ce mercredi après un mois de décembre compliqué pour le commerce parisien. En raison des manifestations des gilets jaunes, de nombreux commerçants ont vu leur activité limitée en pleine période de fêtes. Sans espérer de miracle, les commerçants espèrent maintenant pouvoir commencer l'année 2019 sur de meilleures bases avec les soldes.

"Il faut être honnête, ça va être très compliqué. Par contre on espère récupérer une partie et repartir sur des chiffres un peu mieux que ceux qu'on a connu au mois de décembre", explique sur BFM Paris Salim Souibes, responsable d'un magasin de chaussures. 

Les commerçants entre "espoir" et "inquiétude"

"Les commerçants parisiens sont dans un état d'esprit d'espoir et d'inquiétude", résume Didier Kling, président de la CCI de Paris. Après un mois de décembre au ralenti, les stocks sont pleins dans les boutique.

"Ils n'ont pas vendu ce qu'ils espéraient vendre au mois de décembre donc c'est important pour les commerçants de faire un bon score pendant ces soldes. Ca va permettre à la fois de sortir des stocks anciens dans les magasins pour accueillir la nouvelle collection et en même temps ça permet de retrouver de la trésorerie", poursuit Didier Kling. 

Selon lui, 47% des commerçants interrogés par la CCI "disent qu'ils commencent à avoir des problèmes de trésorerie". Si les soldes pourront permettre aux commerçants de retrouver de la trésorerie, la situation reste difficile.

"Les soldes ces dernières années se sont progressivement dégradés", constate Didier Kling.

En cause, les ventes en ligne et l'émergence de ventes privées ou promotions hors période de solde. La période de soldes est aussi jugée trop longue par le président de la CCI. A ce titre, dans le cade de la loi Pacte encore en discussion au Parlement, les soldes devraient évoluer et passer de six à quatre semaines.

Carole Blanchard