BFMTV

Une trentaine de pesticides dans les fruits et légumes

-

- - -

Selon une récente étude, les fruits et légumes que nous consommons contiennent une trentaine de pesticides, principalement les tomates, salades et concombres. Ils peuvent entraîner cancers, problèmes de fertilité, ou encore malformations génitales.

Premier consommateur européen de pesticide, et d’un tiers des pesticides achetés en Europe, la France est dans le viseur de l’association Pesticide Action Network PanEurope. Elle vient de se pencher sur les fruits et légumes que nous consommons au quotidien, en se basant sur des données de l’Autorité européenne de sécurité sanitaire. L’association a ainsi relevé une trentaine de pesticides différents, principalement dans les salades, tomates, et concombres.

« Ces contaminations participent à l’augmentation des cancers »

Selon Maria Pelletier, présidente de l’association Générations Futures qui informe les consommateurs sur les pesticides, les dangers sont réels : « Ces contaminations participent à l’augmentation de ces maladies lourdes comme les cancers, les malformations génitales, les problèmes de fertilité ou encore les problèmes neurologiques, et on se rend compte au quotidien qu’il y a une augmentation de ces pathologies. Ce n’est pas toujours la dose qui fait le poison, mais le fait d’avoir une contamination constante. Alors bien évidemment, les pesticides ne sont pas les seuls responsables, mais ils font partie de ces produits chimiques de synthèse qui, au quotidien, nous donnent des maladies. »

« Il faut privilégier les produits biologiques »

Pour éviter tout risque, les spécialistes conseillent de manger local et bio. Jacqueline Collard, présidente de l’association Santé Environnement Rhône-Alpes, incite ainsi à privilégier les produits frais et de saison : « Les petits producteurs locaux sont moins consommateurs de pesticides ». Mais l’agriculture biologique et son label AB est la seule à pouvoir garantir une production totalement sans pesticide. « A privilégier pour les enfants et les femmes enceintes », insiste Jacqueline Collard, « car ils sont les plus fragiles. »
Pour être sûr de ne pas se tromper, l’association Pesticide Action Network PanEurope a lancé une campagne d’information via son site www.disruptingfood.info où elle propose un guide du consommateur.

La rédaction avec Amélie Rosique