BFMTV

Rosetta: le robot Philae face à ses premières difficultés

Une simulation de l'ancrage de Philae sur la comète Tchouri, en janvier 2014.

Une simulation de l'ancrage de Philae sur la comète Tchouri, en janvier 2014. - Medialab - ESA - AFP

La conquête spatiale européenne a vécu une journée historique, mercredi, avec l'atterrissage du robot Philae sur la comète Tchouri. Mais l'appareil pourrait être mal ancré au sol, suscitant l'incertitude quant à la bonne poursuite de sa mission.

Les prochaines heures seront cruciales. Alors que l'Europe a marqué un pas de géant dans la conquête spatiale, mercredi, en réussissant à faire atterrir son robot Philae à la surface de la comète Tchouri, située à 500 millions de kilomètres de la Terre, des incertitudes subsistent sur la bonne poursuite de la mission, entamée il y a dix ans avec le lancement de la sonde Rosetta, chargée d'amener Philae à destination. Si le robot est parvenu à se poser sur le sol de la comète, il semblerait qu'il ne se soit pas ancré correctement. La suite de la mission peut-elle être compromise? BFMTV.com fait le point.

Que s'est-il passé au moment de l'atterrissage de Philae?

Après l'euphorie suscitée par la confirmation de l'atterrissage réussi de Philae sur Tchouri, mercredi, à 17h03, heure de Paris, la joie est quelque peu retombée à 18h40 lors l'Agence spatiale européenne (ESA) a confirmé la présence d'un problème technique. En cause: les harpons de Philae, qui ne se seraient pas ancrés correctement à la surface de la comète.

"Nous ne comprenons pas encore vraiment ce qui s'est passé. Nous avons des indications que les harpons pourraient ne pas s'être activés, ce qui voudrait dire que nous sommes posés sur un matériau meuble et que nous ne sommes pas arrimés", a indiqué Stephan Ulamec, en charge de Philae, lors d'un point presse, mercredi soir. Toutefois, peu après 20 heures, le directeur de l'ESA, Jean-Jacques Dordain, s'est voulu rassurant en indiquant que le robot se porte bien et que le contact radio fonctionne toujours, tout comme sa batterie, prévue pour durer environ soixante heures, avant de se recharger grâce à des panneaux solaires. Selon les premiers éléments, le robot aurait peut-être rebondi doucement avant de se reposer une seconde fois.

Quelles peuvent être les conséquences d'un mauvais ancrage?

Si le mauvais ancrage de Philae venait à se confirmer, la bonne poursuite de la mission pourrait être compromise. Le robot laboratoire est en effet chargé d'analyser la comète Tchouri jusqu'en mars 2015 (jusqu'à ce que les radiations solaires le détruisent, NDLR) notamment en prenant des photos panoramiques et des photos du sol, mais aussi en prélevant des échantillons jusqu'à quarante centimètres de profondeur grâce à son outil de forage SD2. Objectif: donner des informations sur les origines du système solaire et sur l'apparition de l'eau et du vivant sur Terre.

Une tâche qui pourrait s'avérer compliquée si Philae n'est pas correctement accroché au sol. "Ce serait embêtant pour certains instruments" a reconnu Philippe Gaudon, le chef de projet Rosetta au Centre national d'études spatial (CNES), à Toulouse. "On a besoin qu'il soit bien harponné pour utiliser la foreuse qui doit permettre de récupérer les échantillons dans le sol". 

Autre risque: la panne de batterie. En effet, si le robot s'est mal posé, et qu'il se retrouve mal orienté vis-à-vis du Soleil, il ne pourra pas recharger ses batteries. A ce sujet, le président du CNES Jean-Yves Le Gall a assuré jeudi matin sur Europe 1 que Philae "reçoit de l'énergie" et que "ses panneaux solaires sont allumés et lui permettent donc d'envisager un futur". Il a également assuré que les équipes sont en "contact permanent" avec le robot et qu'un "check up" de Philae était en cours.

Par ailleurs, en cas de dégazage sur la comète, le robot pourrait tout simplement être éjecté, la gravité sur place étant très faible. Si les dernières analyses venaient à confirmer ce mauvais ancrage, le Centre européen d'opérations spatiales, basé à Darmstadt, en Allemagne, pourrait décider de mettre en place un sauvetage à distance. Un point presse est prévu sur place à 14 heures, heure française.