BFMTV

Réchauffement climatique: l'ONU alerte de nouveau sur la hausse des températures

La Convention citoyenne pour le climat demande un référendum pour introduire la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution et la création d'un crime "d'écocide"

La Convention citoyenne pour le climat demande un référendum pour introduire la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution et la création d'un crime "d'écocide" - AFP

Pour les cinq années à venir, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) prévoit une température moyenne mondiale supérieure d'au moins 1 degré Celsius (°C) aux niveaux préindustriels.

Les prédictions sont plus qu'inquiétantes. Dans un rapport publié ce mercredi, l'Organisation météorologique mondiale (OMM), institution rattachée aux Nations unies qui a travaillé en étroite collaboration avec le très sérieux service météorologique du Royaume-Uni (Met Office), estime que la température moyenne mondiale devrait continuer, dans les années à venir, à augmenter.

Moyennes largement supérieures aux prévisions

Ainsi, pour les cinq prochaines années (de 2020 à 2024), cette dernière devrait être supérieure d'au moins 1 degré Celsius (°C) aux niveaux préindustriels (1850–1900) et la probabilité que cette hausse dépasse 1,5 °C pendant au moins une de ces années est de 20 %.

À l'heure actuelle, la température moyenne du globe est déjà supérieure d'un degré à celle de la période préindustrielle, et les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, apprend-on également dans le rapport de l'OMM.

"Cette étude de haut niveau scientifique met en relief le formidable défi que nous devrons relever pour atteindre l'objectif fixé par l'accord de Paris sur le changement climatique, à savoir contenir, au cours du siècle, l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5", explique Petteri Taalas, Secrétaire général de l'organisation.

Des tempêtes plus fréquentes en Europe de l'ouest?

Outre ces variations de températures, le rapport de l'OMM prévoit également l'apparition de plusieurs épisodes climatiques incontrôlables.

Comme l'a repéré Libération, il est ainsi question de vents d'ouest plus forts dans le nord de l'océan Atlantique, qui pourraient provoquer davantage de tempêtes en Europe de l'Ouest, et donc potentiellement en France. De plus, les conditions climatiques seraient plus humides dans les latitudes les plus élevées, et plus sèches en Amérique du Sud.

Actualité oblige, le coronavirus est également abordé dans ces travaux. Durant l'épidémie, une baisse significative d'émissions des gaz à effet de serre ainsi que des particules polluantes a été repérée. Ces données n'ont toutefois pas été intégrées dans ces travaux.

"Certes, le COVID-19 a provoqué une grave crise sanitaire et économique au plan mondial. Mais si nous ne luttons pas contre le changement climatique, le bien-être humain, les écosystèmes et les économies pourraient être menacés pendant des siècles. Les gouvernements devraient saisir cette occasion pour inclure des mesures de lutte contre le changement climatique dans leurs programmes de relance et veiller à ce que nous repartions sur de meilleures bases", ajoute Petteri Taalas.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV