BFMTV

Les Suisses se questionnent sur "la politique du chat unique"

Y-a-t-il trop de chats en Suisse?

Y-a-t-il trop de chats en Suisse? - Yamamoto Yousuke - Flickr - CC

"Un foyer, un chat", c'est l'idée d'un association helvétique qui estime que le nombre de félins menace le biodiversité en Suisse.

Dans un quart des foyers suisses, y vit un ou plusieurs chats, selon la SPA helvétique pour qui la situation n'est plus gérable. A tel point que l'association demande d'instaurer un quota de un félin par famille, comme le rapporte Le Matin Dimanche.

430 chats par kilomètre carré

Avec 430 chats par kilomètre carré, Claudia Kirsler, la coauteur de l'étude de la Zürcher Tierschutz (société de protection des animaux zurichoise) prévient, "il faut agir pour stabiliser, voire diminuer cette population afin de préserver le faune".

Dans un pays qui, pour 8,1 millions d'habitants, compte 1,35 million de chats, la campagne "un foyer, un chat" fait réagir. Pour le professeur de l'Université de Zurich et grand spécialiste des chats Dennis C. Turner, cette idée est "complètement infondée". Au Matin Dimanche, il déclare: "Rome dénombre 2.000 chats par km2 et il y en a 2.350 dans un village de pêcheurs japonais. Ne venez pas me dire que la Suisse souffre de surpopulation de chats!"

Oiseaux, musaraignes, orvets, libellules…

Pourquoi instaurer une politique du chat unique? Pour la biodiversité, répond la Zürcher Tierschutz pour qui "le chat est accusé d'être un prédateur dangereux: il tue les oiseaux, les musaraignes, les orvets, les batraciens, les libellules... et on lui impute même la disparition du lézard vert des zones urbaines du Bas-Valais."

Un avis vite tempéré par Heins Lienhard, président de la Protection suisse des animaux: "Les prédation naturelles ont un impact minimal. La première cause de ces espèces, c'est l'homme: la chimie dans l'agriculture, la diminution de l'espace naturel au profit du construit par exemple.

La campagne "un foyer, un chat" visant les animaux domestiqués est très critiquée. Le vrai problème viendrait des 10.000 chats errants suisses, selon Le Matin. La SPA locale stérilise les chats errants depuis 18 ans, limitant leur nombre mais ne le réduisant pas.

M. P.