BFMTV

Les sportifs de haut niveau, médaille d’or de l’espérance de vie

Les athlètes de haut niveau vivent sept ans de plus que la moyenne des gens. (photo d'illustration)

Les athlètes de haut niveau vivent sept ans de plus que la moyenne des gens. (photo d'illustration) - AFP

Une étude publiée dans la revue The American Journal of Sports Medicine démontre que les athlètes de haut niveau vivent en moyenne sept ans de plus que la moyenne de la population générale.

Pratiquer une activité physique régulière c’est bon pour la santé, mais pratiquer le sport à haut niveau c’est encore mieux.

C’est, en substance, ce que vient de démontrer une étude, menée par Juliana Antero-Jacquemin, chercheuse à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et la performance). Cette dernière s’est penchée sur les données biographiques de tous les athlètes français ayant participé aux Jeux Olympiques entre 1948 et 2010, mais également au Tour de France depuis l’après-guerre.

Moins de risques cardio-vasculaires et de cancers

Le constat est sans appel: les sportifs de haut niveau vivent en moyenne sept ans de plus que l'ensemble de la population. Ils gagnent deux années car ils encourent moins de risques cardiovasculaires (AVC, infarctus), deux autres car ils sont moins sujets au cancer, et encore trois dernières pour d’autres causes (comme les accidents).

L’idée selon laquelle les entraînements à répétition, leur intensité et les compétitions fréquentes seraient plutôt nocifs pour le corps des sportifs est donc battue en brèche.

Le faible impact du dopage

Pendant trois ans, les chercheurs ont suivi dans les moindres détails le quotidien des sportifs et leur état de santé. Résultat: même dans les sports où certains athlètes sont soupçonnés de dopage, la courbe d'espérance de vie ne fléchit pas. La proportion d’accidents cardiovasculaires y est plus importante, mais reste tout de même en deçà des taux moyens.

Pour autant, ces sept années d’espérance de vie gagnées sont à mettre en perspective avec le mode de vie particulièrement sain des athlètes de haut niveau, et leur suivi médical constant. Le sport ne serait donc pas le seul facteur pour une vie plus longue. Ce qui n’est, malgré tout, pas une raison suffisante pour remiser ses baskets au placard.

C.L