BFMTV

Pour la première fois, des scientifiques parviennent à redonner partiellement la vue à un patient aveugle

Grâce à la technique de thérapie optogénétique, l'homme peut désormais "localiser, compter et toucher des objets". Une révolution dans le domaine médical.

Il s'agit d'une impressionnante première mondiale. Au terme d'une étude conjointe des professeurs José-Alain Sahel et Botond Roska, associant l'Institut de la Vision (Sorbonne Université/Inserm/CNRS), l’hôpital d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, l'université de Pittsburgh, l'Institut d'ophtalmologie moléculaire et la clinique de Bâle ainsi que les sociétés Streetlab et GenSight Biologics, ces derniers sont parvenus, grâce à une thérapie optogénétique, à partiellement rendre la vue à un patient atteint de rétinopathie pigmentaire à un stade avancé.

Thérapie optogénétique

Selon ces travaux, dont les conclusions sont publiées ce lundi dans la revue Nature Medicine, la thérapie optogénétique consiste en la modification génétique de cellules afin qu'elles "produisent des protéines sensibles à la lumière dites 'channelrhodopsines'", apprend-on dans un communiqué des scientifiques.

On y apprend également que si cette technique existe "depuis une vingtaine d'années", il s'agit de la première fois "au niveau international que cette approche innovante est utilisée chez l’homme et que ses bénéfices cliniques sont démontrés."

"Ce n’est pas une perception colorée qu’il va avoir pour l’instant, mais c’est plutôt du noir sur du blanc. On va lui montrer un passage clouté et le patient va voir sur un macadam noir le zébra du passage piéton. Pour l’instant il utilise toujours sa canne mais ça va donner une récupération sur des tâches très simples", explique auprès de BFMTV Isabelle Audo, praticien hospitalier à l'hôpital des Quinze-Vingts à Paris.

ChrimsonR

Dans la suite de ce communiqué, les scientifiques soulignent la manière avec laquelle ils ont travaillé sur cette technique, et comment ils ont en particulier visé "les maladies héréditaires des photorecepteurs", facteurs importants de la cécité.

Comment un patient a recouvré partiellement la vue lors d'un essai clinique.
Comment un patient a recouvré partiellement la vue lors d'un essai clinique. © BFMTV

Pour ce cas particulier, "le gène codant pour une channelrhodopsine appelée ChrimsonR" a été utilisé.

"Cette opsine détecte la lumière ambrée, plus sûre pour les cellules rétiniennes que la lumière bleue utilisée pour d'autres types de recherche optogénétique. En complément, des lunettes dédiées équipées d'une caméra ont été conçues par les chercheurs. Elles permettent de produire des images visuelles projetées en images de couleur ambre sur la rétine."

Sept mois plus tard, "le patient a commencé à rapporter des signes d’amélioration visuelle" et avec l'aide de lunettes spéciales, il peut désormais "localiser, compter et toucher des objets."

"Les personnes aveugles atteintes de différents types de maladies neurodégénératives des photorécepteurs et d'un nerf optique fonctionnel seront potentiellement éligibles pour le traitement, mais il faudra du temps avant que cette thérapie puisse être proposée", conclut le professeur José-Alain Sahel.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV