BFMTV

"C’est l’intérêt de mon patient d’arrêter cette vie", explique le médecin de Vincent Lambert

Eric Kariger dirige les soins palliatifs au CHU de Reims

Eric Kariger dirige les soins palliatifs au CHU de Reims - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le cas de Vincent Lambert est décidément bien compliqué. Trop compliqué en tout cas pour être tranché comme un dossier purement juridique. Le Conseil d'Etat doit se prononcer aujourd'hui sur son maintien en vie. Il pourrait demander une nouvelle expertise médicale.

Doit-on le laisser en vie, doit-on le laisser partir pour un autre un univers, moins douloureux ? Le cas de Vincent Lambert est fort complexe et les sages du Conseil d'Etat qui doivent se prononcer ce vendredi sur son maintien en vie pourraient bien demander une nouvelle expertise médicale qui repousserait d'autant plus une éventuelle euthanasie.

Une nouvelle expertise, c'est en tout cas ce que réclame le rapporteur public. Il souhaite que trois nouveaux médecins étudient l'état de ce tétraplégique de 38 ans. Le Conseil d'Etat dira cet après-midi (16h) s'il choisit cette option. Si ce n'est pas le cas il rendra sa décision sur la fin de vie de Vincent Lambert.

"Je suis sûr qu'on va pouvoir libérer Vincent Lambert"

Eric Kariger, dirige le service des soins palliatifs de Reims et il est confiant quant à la suite des évènements. "C’est d’abord l’intérêt de mon patient d’arrêter cette vie qu’il n’aurait pas souhaité, cette vie de souffrance quotidienne. Mais derrière l’intérêt de Vincent Lambert, c’est aussi l’intérêt de toute cette famille de fermer ses plaies, de cicatriser, se reconstruire et revivre à nouveau". Mais Eric Kariger sent aussi changer l’opinion grâce à la médiatisation de cette douloureuse affaire. "On sent l’opinion bouger dans le sens d’une plus grande humanité".

La Rédaction avec T. Chupin