BFMTV

Vaccin anti-Covid: pourquoi les effets secondaires peuvent être plus forts avec la deuxième injection

Un soignant prépare une dose du vaccin AstraZeneca à Beyrouth, le 29 mars 2021

Un soignant prépare une dose du vaccin AstraZeneca à Beyrouth, le 29 mars 2021 - ANWAR AMRO © 2019 AFP

Même lorsqu'on n'a pas ressenti d'effet secondaire lors de la première injection, il est possible de faire une réaction plus forte à la deuxième dose de vaccin anti-Covid. Il s'agit d'une réaction normale du système immunitaire.

Avec l'ouverture de la vaccination à tous les plus de 18 ans, et depuis ce mardi aux plus de 12 ans, la campagne vaccinale contre le Covid-19 en France connait un coup d'accélérateur important ces dernières semaines. En tout, 30.472.434 personnes ont reçu une première dose d'un vaccin anti-Covid, et 14.364.587 une deuxième dose, selon le dernier bilan du ministère de la Santé lundi soir.

Plusieurs millions de personnes vont donc recevoir dans les semaines à venir une deuxième dose du vaccin Moderna, Pfizer ou AstraZeneca. Et il faut s'y préparer: les effets suivant cette seconde injection peuvent être plus virulents que la première, ce qui est tout à fait normal.

La fréquence des réactions "plus importante"

Pour le vaccin Pfizer, l'Agence du médicament note ainsi, dans un point daté de fin avril, "que la fréquence des réactions systémiques, et particulièrement de la fièvre, de la fatigue et des maux de tête, est plus importante lors de l’administration de la deuxième dose". L'observation est similaire pour Moderna: "À l’exception des lymphadénopathies, la fréquence des réactions systémiques très fréquemment rapportées est plus importante lors de l’administration de la deuxième dose."

"La plupart des effets secondaires sont légers et ne durent pas longtemps - ils sont plus fréquents après la deuxième dose", note également le ministère de la Santé néozélandais.

"Les effets secondaires après votre deuxième injection peuvent être plus intenses que ceux que vous avez ressentis après votre première injection", prévient de son côté le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain), ajoutant que "ces effets secondaires sont des signes normaux que votre corps se protège et devraient disparaître en quelques jours".

"C'est un énorme effort pour le corps"

Cette réponse plus virulente après la deuxième dose "est tout à fait normale", rassure Brigitte Autran, experte en immunologie, interrogée par BFMTV.com/

"La première injection, c'est le priming, on fait une première alerte au système immunitaire", explique-t-elle, il apprend alors à reconnaître le virus. La deuxième injection vise à amplifier et consolider la réponse immunitaire, ce qui explique une possible plus forte réaction, "c'est physiologique".

L'immunologue Stéphane Paul, contacté par BFMTV.com, parle "d'entraînement immunitaire". Quand elles répondent à la deuxième dose, les cellules du système immunitaire sont "préparées, entraînées" par la première dose, "elles vont donc agir plus rapidement, sont plus réactives, c'est pour cela que certains vont avoir davantage mal au bras, ou de la fièvre". Il note au passage que le même phénomène survient après l'unique dose pour les personnes ayant déjà eu le Covid-19.

Le système immunitaire est activé par notre organisme lorsqu'il a besoin de se défendre contre des assauts extérieurs, comme des infections virales, il fabrique et mobilise alors de nombreux types de cellules. "Quand il s'active, c'est une véritable usine qui se met en place, c'est un énorme effort pour le corps", et c'est justement cette réponse accentuée avec la deuxième dose qui peut entraîner des effets secondaires plus forts.

Ces effets secondaires "sont dus au fait que votre système immunitaire demande à votre organisme de réagir de plusieurs manières", explique ainsi l'Organisation mondiale de la Santé: "Il augmente le flux sanguin afin que davantage de cellules immunitaires puissent circuler, et il élève votre température interne afin de tuer le virus." La fièvre ou les courbatures "sont des signes indiquant que le système immunitaire de votre organisme réagit au vaccin, en particulier à l'antigène (une substance qui déclenche une réponse immunitaire), et se prépare à combattre le virus."

"Généralement d’intensité légère ou modérée"

Les deux immunologues interrogés par BFMTV.com soulignent que ces effets secondaires s'observent davantage chez les plus jeunes, la réponse immunitaire étant plus forte que cehez les personnes âgées. Cela avait notamment été observé avec le vaccin AstraZeneca.

La fièvre, le mal de tête, les frissons, la fatigue, les douleurs musculaires ou articulaires voire les nausées, sont placés dans la catégorie des effets secondaires "très fréquents" par l'ANSM, mais ils concernent moins d'une personne sur dix. Il sont "généralement d’intensité légère ou modérée et disparaissent en quelques jours après la vaccination".

La majorité des personnes vaccinées ne ressent donc pas d'effets secondaires, et "chez 99% des personnes qui (en) constatent, les symptômes sont minimes et il n'y a pas de craintes particulières à avoir", expliquait à L'Express en février Christian de Tymowski, docteur en immunologie. Mais "si la fièvre monte à 40°C, s'accompagne de vomissements et de diarrhées, cela veut dire que le système immunitaire est trop actif pour votre état de santé et que la réponse est inadéquate", prévient-il.

En cas d'effets secondaires trop virulents, il faut contacter un médecin. Et en cas d'effet indésirable suspecté d’être en lien avec la vaccination, il est important de le déclarer sur https://signalement.social-sante.gouv.fr/.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV