BFMTV

Une seule dose du vaccin Pfizer confère 90% d'immunité au patient 3 semaines après l'injection

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 1er février 2021 à Paris

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 1er février 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

Des chercheurs britanniques ont examiné de près les données de la vaste campagne de vaccination entreprise en Israël au moyen du vaccin Pfizer/BioNTech. Et leurs conclusions tranchent avec les observations des responsables sanitaires israéliens eux-mêmes: il apparaît qu'une seule injection suffit à construire une immunité de 90% 21 jours après l'inoculation du patient.

Les bonnes nouvelles sont encore rares sur le front de la lutte contre le Covid-19 mais le Guardian en a relayé une ce mercredi. Une seule injection du vaccin Pfizer/BioNTech permet au patient d'atteindre une immunité de 90% contre le virus 21 jours après cette première inoculation.

Ce sont des chercheurs britanniques, le professeur Paul Hunter et le docteur Julii Brainard, affiliés à l'Université d'East Anglia, qui sont parvenus à cette conclusion au terme d'une analyse des données - qui n'a pas encore été relue par leurs pairs cependant - de la campagne de vaccination massive en cours en Israël.

Leurs travaux contredisent d'ailleurs frontalement une précédente étude israélienne et la voix des autorités en charge de la campagne. Ainsi, à la mi-janvier, Nachman Ash, coordinateur de la vaccination israélienne a déclaré: une simple dose est "moins efficace que nous le pensions". C'était aussi la perception qu'en avait Pfizer. Le fabricant a ainsi évalué l'efficacité d'une dose unique à 52%.

Une efficacité quasi nulle jusqu'au jour 14

Pour expliquer ce qui s'apparente de prime abord à une erreur de jugement, ou à un excès de pessimisme, il faut peut-être se retourner contre une certaine impatience. Le professeur Paul Hunter a expliqué au Guardian:

"Nous avons établi que l'efficacité du vaccin était à peu près nulle jusqu'au quatorzième jour suivant son administration. Mais après ce jour 14, l'immunité s'élevait progressivement au jour le jour jusqu'à atteindre environ 90% au jour 21, puis ne montait pas plus haut. Toutes les améliorations observées l'ont été avant une seconde injection".

De l'inconvénient du relâchement

Ce jour 21 précède d'ailleurs immédiatement en Israël cette ultime injection, car les deux piqûres y sont espacées de trois semaines. "Et ça montre qu'une seule dose de vaccin est hautement protectrice, même s'il faut attendre 21 jours pour obtenir ce taux", a-t-il achevé.

Le scientifique avertit cependant: il a remarqué avec sa collègue que le risque de contamination par le virus doublait en Israël durant les huit premiers jours suivant la première injection. Il met cette statistique sur le compte d'un relâchement de la prudence et des précautions.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV