BFMTV

Une fois complètement vacciné, faut-il toujours s'isoler si on est cas contact?

Image d'illustration - Un vaccin anti-Covid-19 en cours de préparation

Image d'illustration - Un vaccin anti-Covid-19 en cours de préparation - Fred TANNEAU © 2019 AFP

Étant donné l'amélioration de la situation sanitaire et l'évolution de la campagne vaccinale, pour le Haut Conseil à la Santé Publique, les personnes complètements vaccinées ne doivent plus forcément se faire tester et s'isoler si elles sont cas contacts.

"Le Haut conseil de la Santé publique nous a adressé hier un avis sur le port du masque en extérieur dont nous allons tirer les conséquences sans délai", a déclaré le Premier ministre Jean Castex mercredi, avant d'annoncer la fin du port du masque en extérieur. Dans cet avis, le HCSP recommande également une adaptation des règles concernant les personnes complètement vaccinées: plus forcément besoin pour eux de faire un test ou de s'isoler s'ils sont cas contact.

Pour rappel, selon les règles actuelles, "même vacciné(e), en cas de contact à risque avec une personne positive à la Covid, vous êtes considéré(e) comme étant 'cas contact' : il faut vous faire tester et vous isoler immédiatement".

Selon le dernier communiqué du minstère de la Santé mercredi soir, 16,953.092 personnes en France présentent un "schéma vaccinal complet", soit plus de 25% de la population totale, et plus de 32% de la population majeure. Il s'agit des personnes ayant reçu la seconde dose d'un vaccin anti-Covid-19 il y au moins deux semaines, ou une seule dose du vaccin Janssen il y a quatre semaines, ou encore une seule injection car il y a un antécédent Covid, il y a deux semaines.

"L’isolement n’est pas indiqué"

En prenant en compte la situation épidémiologique et la couverture vaccinale actuelles, ses avis précédents et des données internationales, le HSCP recommande désormais un nouveau protocole pour les personnes présentant des schémas vaccinaux complets, lorsqu'elles sont cas contact. À noter qu'il ne s'agit, pour le moment, que d'une recommandation, sur laquelle le gouvernement doit encore statuer.

Ainsi, "si le contact a eu lieu au sein d’un foyer avec contacts répétés: la pratique d’un test à J0 (le jour-même, NDLR) par la personne contact demeure recommandée, dans l’objectif d’identifier la source de contamination", avec un nouveau test sept jours plus tard. Mais "l’isolement n’est pas indiqué dans cette situation".

L'individu doit toutefois respecter les mesures barrières et éviter tout contact avec une personne "à risque de forme grave non vaccinée ou une personne immunodéprimée quel que soit leur statut vaccinal pendant cette période de 7 jours".

"Pour les autres types de contact", en dehors du foyer donc, "une personne vaccinée est considérée comme un contact à risque de transmission négligeable", écrit le HCSP. "La réalisation d’un test diagnostique et l’isolement ne sont pas requis."

Exceptions en cas de variants, symptômes et forte immunodépression

Une exception pourra être faite "si le cas index est porteur d’un variant delta ou d’autres VOC (variants préoccupants, NDLR) émergents". Des mesures particulières peuvent alors "être décidées localement allant jusqu’à l’isolement et à la pratique d’un test diagnostic à J7 y compris en cas de vaccination complète".

De même, en cas de symptômes pouvant signaler une infection au Covid-19, "toute personne, même ayant bénéficié d'un schéma vaccinal complet, doit réaliser un test diagnostique", insiste le HCSP.

D'autre part, "les personnes fortement immunodéprimées, même vaccinées, doivent suivre les préconisations en termes de gestion des contacts ou d’isolement applicables aux personnes non vaccinées".

Quid du masque?

Pour le HCSP, il est également possible de retirer le masque pour ces vaccinés complets "dans le cadre privé familial et amical", mais sous plusieurs conditions. Il faut que les personnes réunies bénéficient toutes "d'un schéma vaccinal complet", et "respectent les autres mesures barrières: hygiène des mains, distance interindividuelle, aération et limitation à 6 du nombre de personnes". De plus, il ne faut pas que l’un des membres présente un facteur de risque de forme grave de Covid-19 ou un état d’immunodépression sévère.

Pour l'instant, "il n’est pas possible de définir un seuil de couverture vaccinale de la population au-delà duquel pourraient être systématiquement levées ou allégées les mesures de prévention de la transmission du SARS-CoV-2", note dans son avis le HCSP.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV