BFMTV

"Une extraordinaire leçon d'humilité", atteint par le coronavirus, Jean-Luc Reitzer revient sur son hospitalisation

Le député a également tenu à saluer "le professionnalisme" des médecins et du personnel hospitalier qui lui "ont sauvé la vie à deux reprises."

Il avait été le premier député atteint du coronavirus. En février dernier, alors que l'épidémie en était à ses balbutiements en France, Jean-Luc Reitzer, député LR du Haut-Rhin, avait été hospitalisé durant deux mois et demi à l'hôpital de Mulhouse, dans le même département, après avoir été contaminé. En outre, il avait également passé quatre semaines dans le coma. 

"Extraordinaire leçon de vie"

Ce samedi à l'antenne de BFMTV, Jean-Luc Reitzer a donné des nouvelles rassurantes quant à son état de santé.

"Je vais aussi bien que possible. Vous imaginez bien que lorsqu’on a passé, et je ne suis pas le seul, il y en a eu des milliers, deux mois à l’hôpital, quatre semaines dans un coma profond, ça marque, ça marque un homme, ça marque son destin, sa façon de voir les choses, de relativiser les choses. [...] J’ai été un patient comme un autre, j’ai connu les mêmes doutes, les mêmes douleurs", explique-t-il. 

Plus tard, le député âgé de 68 ans, a assuré que cette expérience avait été pour lui "une extraordinaire leçon de vie", avant de saluer le travail du personnel hospitalier ces dernières semaines. 

"J’ai été un patient comme un autre, j’ai connu les mêmes doutes, les mêmes douleurs. J’ai été impressionné par le professionnalisme des médecins, qui m’ont sauvé la vie à deux reprises. J’ai été impressionné par l’humanité du personnel hospitalier. Il n’y avait pas une infirmière, une aide soignante, une personne, qui chaque jour venait nettoyer ma chambre, désinfecter les poignées, les robinets, qui n’avait un mot de sympathie, d’encouragement lorsque ça allait mal", se remémore-t-il encore.

"J’ai vécu ceci dans mon cœur, dans ma chair"

Après avoir une nouvelle fois rappelé à quel point cette expérience avait été une leçon pour lui, Jean-Luc Reitzer a souligné que son engagement politique en faveur de l'hôpital public était total. 

"C’est une magnifique leçon de vie pour un homme public, un homme politique, un élu, qui a toujours été proche de ces préoccupations. J’ai été maire de ma ville, Altkirch dans le Haut-Rhin, pendant 34 ans, j’ai toujours eu cette affection pour le personnel qui s’occupe de nos personnes pagées, en situation de handicap ; J’ai vécu ceci dans mon cœur, dans ma chair", conclut-il. 
Hugo Septier