BFMTV

Une campagne radio pour encourager le don de sperme et d'ovules

Une campagne radio commencera le 1er juin en France, pour mettre en avant le don de sperme et d'ovules

Une campagne radio commencera le 1er juin en France, pour mettre en avant le don de sperme et d'ovules - THOMAS SAMSON / AFP

L'Agence de la biomédecine va lancer sa première campagne radio sur les dons de sperme et d'ovocytes à partir du 1er juin. L'objectif est de recruter davantage de donneuses et de donneurs pour répondre à la demande.

"Cette année, il faudrait 900 donneuses et 300 donneurs pour répondre aux besoins de tous les couples infertiles qui sont actuellement en attente, soit plus de 3.000 couples", relève le Pr Dominique Royère, responsable des dons à l'Agence de la biomédecine.

En 2013, seulement 1.500 couples sont devenus parents grâce à 456 donneuses et 268 donneurs, précise-t-elle. Pour encourager les dons, trois spots mettant en scène des dialogues entre un donneur ou une donneuse et son entourage seront diffusés chaque jour du 1er au 15 juin sur les radios nationales. Les spots précisent les principales conditions du don et renvoient sur les sites donovocytes.fr et dondespermatozoides.fr. Les dons d'ovocytes sont possibles en France pour les femmes de 18 à 37 ans et ceux de sperme pour les hommes de 18 à 45 ans, à condition qu'ils ou elles soient en bonne santé et aient eu au moins un enfant.

Ces dons sont libres, anonymes et gratuits. Les bénéficiaires des dons d'ovocytes en France sont des femmes en âge de procréer mais infertiles ou bien des couples qui risqueraient de transmettre une maladie génétique grave à leur enfant naturel. Les bénéficiaires des dons de sperme sont des couples en âge de procréer qui ne peuvent avoir d'enfants en raison de l'infertilité de l'homme ou bien d'un risque de transmission de maladie grave à l'enfant ou à la femme par le conjoint.

Selon un sondage réalisé par Viavoice en décembre dernier, près d'un Français sur deux ignore que le don d'ovocytes existe, un sur cinq pour le don de sperme.

la rédaction avec AFP