BFMTV

Un stéroïde prometteur contre le Covid-19? Didier Raoult s'en prend à l'essai britannique Recovery

Didier Raoult face à nos caméras.

Didier Raoult face à nos caméras. - BFMTV

Le défenseur de l'hydroxychloroquine comme traitement du coronavirus a vivement critiqué les résultats de l'essai britannique Recovery.

Quelques minutes seulement après la publication des premiers résultats d'une vaste enquête clinique réalisée dans le cadre de l'essai Recovery, le professeur Didier Raoult a pris la parole sur Twitter.

Selon ces travaux, un médicament de la famille des stéroïdes, la dexaméthasone, réduirait d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le Covid-19

Fort taux de mortalité 

Cependant, pour le Directeur général de l'IHU Méditerranée Infection, plusieurs problèmes subsistent. 

"Nous sommes choqués par le taux de mortalité monstrueux dans le groupe SOC (Standard of care, ndlr) de l'essai Recovery", a-t-il écrit, citant à la suite les différents chiffres. 
"41% chez les patients ventilés. 25% chez les patients nécessitant de l'oxygène. 13% dans le groupe ne nécessitant aucune intervention."

En guise de comparaison, Didier Raoult a tenu à mettre en exergue les chiffres de la ville de Marseille, où son traitement à l'hydroxychloroquine avait été testé.

Ainsi, ce dernier rappelle qu'en soins intensifs, 16% des patients ont trouvé la mort, un taux qui baisse à 5% pour les patients uniquement admis à l'hôpital, et à 0,6% pour ceux traités à l'hydroxychloroquine, selon ses données. 

Critique des responsables de l'essai 

Dans un second tweet, Didier Raoult s'est directement adressé à Martin Landray et Peter Horby, deux des scientifiques en charge de ces essais, et leur a demandé pourquoi les chiffres de l'hydroxychloroquine n'avaient pas été ajoutés à l'étude.

"Est-ce que Martin Landray et Peter Horby pourraient expliquer pour quelle raison ils n'ont pas informé le public des taux de mortalité dans chacun des sous-groupes (ventilés, nécessitant de l'oxygène, ne nécessitant aucune intervention) du groupe HCQ (hydroxychloroquine, ndlr)?" 

Une interrogation en réalité rhétorique, puisque Didier Raoult avance une hypothèse en guise de conclusion. 

"Ils l'ont fait pour obtenir des résultats significatifs dans le groupe dexaméthasone", accuse le professeur.
Hugo Septier