BFMTV

Un mineur sur deux a déjà fumé du cannabis

Une personne fume un joint (illustration)

Une personne fume un joint (illustration) - Fred Dufour - AFP

La hausse de consommation de cannabis constatée par l'Observatoire français sur les drogues chez les jeunes en 2014 s'explique par un taux de filles - 45,8% contre  38,9% en 2011 - en hausse alors que celui-ci reste stable chez les garçons.

On n'est pas sérieux quand on a 17 ans alors on se "passe passe le oinj"... La consommation de cannabis est repartie à la hausse chez les jeunes de 17 ans: près d'un sur deux dit l'avoir déjà expérimenté en 2014 et près d'un sur dix en consomme régulièrement, selon une étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée mardi.

En hausse chez les filles

Selon les premiers résultats de cette 8e étude Escapad (Enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la défense), menée en mars 2014 auprès de 22.023 personnes âgés de 17 ans, 47,8% des jeunes affirment avoir déjà essayé le cannabis et 9,2% disent en fumer au moins dix fois par mois. Ils étaient respectivement 41,5% et 6,5% lors de la dernière édition en 2011. Un quart d'entre eux (25,5%) indique également en avoir consommé dans le mois, contre 22,4% lors des trois dernières années.

Cette hausse générale s'explique notamment par une recrudescence de la consommation féminine: 45,8% des filles déclaraient avoir déjà expérimenté le joint en 2014, contre 38,9% en 2011, et 5,8% affirmaient en consommer régulièrement, contre 3,4% il y a trois ans.

"On commence à apprécier les effets..."

Ainsi une jeune fille a accepté de témoigner anonymement pour BFMTV. "Au début, c'est souvent parce que c'est stylé de fumer, parce que tout le monde fume autour de nous. On les compte sur les doigts de la main ceux qui n'ont pas fumé à la fin de la terminale", explique-t-elle, admettant consommer du cannabis deux à trois fois par semaine.

"Au bout d'un moment on commence à apprécier les effets, ça détend", raconte un autre qui ne le juge pas plus dangereux que le tabac ou l'alcool. "On peut s'arranger pour que ça ne coûte pas trop cher, environ 50 euros par mois", évalue un troisième.

Néanmoins un jeune admet que la drogue "fatigue beaucoup et enlève la motivation".

Parmi ceux ayant fumé du cannabis dans l'année, un garçon sur quatre (25,7%) présente un "risque élevé d'usage problématique ou de dépendance au cannabis", pointe l'OFDT, qui a développé des critères de repérage des consommations à risque et met en garde contre la régularité de la consommation. Les filles sont 17,3 % dans ce cas. Cela représente au total 8% des jeunes de 17 ans (contre 5,3% en 2011).

S.A. avec Alexis Cuvillier