BFMTV
Santé

TOUT COMPRENDRE - Pourquoi les infections aux streptocoques A inquiètent les autorités

Les infections aux streptocoques A, bactéries notamment à l'origine de la scarlatine, connaissent une hausse inhabituelle chez les enfants en France

Les infections aux streptocoques A, bactéries notamment à l'origine de la scarlatine, connaissent une hausse inhabituelle chez les enfants en France - BFMTV

Au Royaume-Uni, neuf enfants sont morts des suites d'infections aux streptocoques A. En France, ces infections connaissent également une hausse inhabituelle, et ont déjà causé trois morts, dont deux enfants. Les autorités sanitaires, inquiètes, demandent aux professionnels de santé d'être vigilants.

Neuf morts au Royaume-Uni, et trois en France. En quelques semaines, le nombre d'infections aux streptocoques A augmentent de façon inhabituelle dans l'Hexagone et chez nos voisins britanniques. Les streptocoques A, catégorie de bactéries à l'origine notamment de la scarlatine, peut causer des infections pour la grande majorité bénignes. Chez les enfants ou les personnes à risque, elles peuvent toutefois être mortelles.

Devant ces recrudescences de cas, les autorités sanitaires s'inquiètent, et demandent aux professionnels de santé de faire preuve de vigilance.

• Quelle est la situation en France et au Royaume-Uni?

L'inquiétude a commencé à se propager outre-Manche, où au moins neuf enfants sont morts en quelques semaines, à la suite d'infections invasives à streptocoques A. Les autorités britanniques ont appelé à la vigilance. À titre de comparaison, au cours de la dernière saison d'infections à streptocoques A, entre 2017 et 2018, quatre morts d'enfants de moins de 10 ans avaient été enregistrés en Angleterre.

En France, les cas commencent également à se multiplier. Dans un message adressé aux professionnels de santé, ce mardi, la Direction générale de la santé (DGS) signale un "nombre plus important qu'habituellement" des cas, dans différentes régions (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine), au cours des quinze derniers jours.

Pour l'heure, "au moins 8 enfants sans facteurs de risque identifiés" ont été hospitalisés en réanimation, dont "deux sont décédés". Chez les adultes, trois cas ont été détectés, et l'un des patients touchés est mort.

• Qu'en disent les autorités sanitaires?

La situation ne se résume toutefois probablement pas à ces seuls cas avérés. La DGS fait en effet état d'une "recrudescence de formes graves et de décès (laryngites/pleuropneumopathies, arrêts cardio-respiratoires inexpliqués brutaux évocateurs de chocs toxiques streptococciques) consécutifs à une infection à streptocoque A chez plusieurs enfants, depuis quelques semaines".

D'après les autorités sanitaires, les cas graves récents n'ont "pas de lien entre eux" et apparaissent provoqués par "des souches différentes".

La DGS, qui précise que des "investigations" sont en cours, appelle en attendant les soignants à "être vigilants". Les professionnels de santé sont donc incités à faire des tests diagnostiques en cas d'angine et de scarlatine et de rappeler à leurs patients "l’importance en cette saison hivernale des mesures barrières". Tous les cas d'infection grave aux streptocoques A doivent par ailleurs être signalés aux ARS (Agences régionales de santé).

• Quels sont les symptômes qui doivent alerter?

Les streptocoques A peuvent causer des infections soit bénignes, soit mortelles, notamment quand elles atteignent le système sanguin. Elles sont à l'origine de maladies comme les angines, l'impétigo (infection cutanée) et la scarlatine. Comme le rappelle l'Institut Pasteur, les infections à streptocoques A "sont fréquentes", tout comme celles à streptocoques B. Ces deux bactéries ne causent des symptômes "que dans certaines conditions", ou "chez des personnes à risque".

Le streptocoque du groupe A se transmet exclusivement "d'homme à homme" par gouttelettes (éternuements, toux). En cas d'infections "invasives" ou graves, le streptocoque A peut être responsable d'infections cutanées nécrosantes, de pleuropneumopathies, deméningites qui peuvent être associées à un syndrome de choc toxique streptococcique.

"Les symptômes d’une infection à streptocoque du groupe A non-invasive comprennent: la fièvre, le mal de gorge et des infections cutanées bénignes comme des éruptions, des ulcères, des bosses et des cloques", détaille l'agence de la santé publique canadienne.

• La pénurie d'amoxiciline peut-elle avoir des conséquences?

Cette multiplication des cas d'infections aux streptocoques A intervient dans un contexte tendu: la pénurie du principal antibiotique utilisé chez les enfants, l'amoxicilline. Plusieurs organisations de médecins - infectiologues et pédiatres - ont d'ores et déjà prévenu que cette pénurie risquait de provoquer une grave crise de santé publique chez les enfants.

Or, contrairement à des maladies infantiles d'origine virale comme la bronchiolite, actuellement en pleine épidémie, les infections à streptocoques A peuvent se soigner par antibiotiques, comme l'amoxicilline ou la pénicilline.

La DGS a, dans ce contexte, prévu de "préciser les recommandations de prise en charge des cas et des personnes contacts, notamment dans le contexte actuel de tensions sur l'amoxicilline".
Fanny Rocher