BFMTV

Sport et santé: les Français ne bougent pas assez

Faire du sport ou une activité physique, deux habitudes que les Français perdent peu à peu (Illustration)

Faire du sport ou une activité physique, deux habitudes que les Français perdent peu à peu (Illustration) - -

Les Français ne bougent pas assez, malgré les mises en garde pour leur santé et cette tendance, qui s'accentue, devient inquiétante chez les jeunes adultes cernés par les écrans, d'après une enquête publiée jeudi.

Avouez-le: ce matin, vous avez préféré prendre le bus plutôt que la marche, et l'ascenseur plutôt que les escaliers. On ne va pas vous blâmer, mais ces habitudes inquiètent. Une étude publiée jeudi matin souligne ainsi que les Français ne bougent pas assez, malgré les mises en garde pour leur santé. Une tendance qui s'accentue, notamment chez les jeunes adultes cernés par les écrans.

"La sédentarité progresse en Europe et un peu plus vite en France (+3% versus + 8%)", relève auprès de l'AFP le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l'Irmes (Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport/Insep).

Ainsi le nombre d'Européens qui déclarent ne rien faire -ni activité physique ni sport- est passé depuis 2009 de 39 à 42%, selon l'Eurobaromètre 2014 sport et activité physique, paru en mars et réalisé en 2013.

La règle des 10.000 pas par jour

Pour être en bonne santé, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise de faire plus de 10.000 pas par jour. Cet indicateur, reflet du mode de vie plus ou moins sédentaire, est mesurable à l'aide d'un podomètre.

Or, 75% des Français des 18-64 ans n'atteignent pas les 10.000 pas par jour, selon la 3e enquête réalisée avec l'Irmes pour l'association Assureurs prévention (onvabouger.fr). Et ceux qui disent pratiquer régulièrement une activité physique ou sportive a régressé (-5%).

Plus "inquiétant", constate le Pr Toussaint, "les 18-24 ans marchent significativement moins que les autres en moyenne, mais surtout à leur âge ils devraient faire 9.000 pas/j, il en manque 2.000". "C'est dans ces tranches d'âge que l'on commence à voir de plus en plus une tendance à la sédentarité", note-t-il en évoquant "les effets liés à la pratique des jeux vidéo et plus encore à la pratique de la communication (via les smartphones, tablettes et PC...) sur cette détérioration". "Accros" aux écrans les 18-24 ans sont aussi les moins actifs, moins même que les 55-64 ans, selon l'enquête.

Une chute des performances

"En 40 ans (1970-2010), soit en 2 générations, on observe une chute considérable des performances (de 30%) comme la capacité à faire une course légère d'endurance (un 800 mètres par exemple) chez les jeunes", déplore-t-il d'après une récente étude internationale.

Mais l'enquête montre l'impact de l'exemple parental: plus les parents sont actifs, plus leurs enfants le sont aussi et inversement. D'où l'opération de sensibilisation des familles organisée le 29 juin sur les berges de Seine à Paris.

"Pour les plus âgés, l'activité physique (marche...) est un moyen important de retarder la dépendance, à côté du fait de conserver des relations sociales et de manger sainement", ajoute Nicolas Moreau, président d'Assureurs prévention.

Enquête conduite en mars par BVA et l'Irmes, avec usage de podomètre, auprès d'un échantillon représentatif de 1.100 personnes âgées de 18 à 64 ans, dont 400 parents (de 200 collégiens et 200 lycéens) et 150 "seniors" âgés de 65 à 75 ans.

S. C. avec AFP