BFMTV

Royaume-Uni: découverte d'une nouvelle souche du coronavirus qui se propage plus rapidement

Un centre de dépistage à Hull au Royaume-Uni le 30 novembre 2020.

Un centre de dépistage à Hull au Royaume-Uni le 30 novembre 2020. - Oli Scarff

Les autorités sanitaires britanniques ont néanmoins précisé qu'elles ignoraient si cette souche était plus mortelle ou affectait les vaccins.

Une nouvelle variante du nouveau coronavirus détectée au Royaume-Uni peut se propager plus rapidement, ont indiqué samedi les autorités sanitaires britanniques, soulignant qu'elles essayaient encore de déterminer si celle-ci était aussi plus mortelle.

Elle se propage "bien plus rapidement", a confirmé Boris Johnson lors d'une conférence de presse ce samedi après-midi, au cours de laquelle il a annoncé le reconfinement dès dimanche de Londres et du sud-est de l'Angleterre.

De précédentes mutations du virus déjà reportées

"Le groupe consultatif sur les menaces nouvelles et émergentes des virus respiratoires (NERVTAG) considère maintenant que cette nouvelle souche peut se propager plus rapidement", a déclaré le médecin-chef de l'Angleterre, Chris Whitty, dans un communiqué.

"Rien n'indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé ou qu'elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela", a-t-il poursuivi.

Le Royaume-Uni a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la propagation plus rapide de cette variante, a-t-il ajouté. De précédentes mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été observées et signalées dans le monde.

De nouvelles restrictions attendues au Royaume-Uni

Au total, quelque 38 millions de personnes en Angleterre, soit 68% de la population, vivaient déjà en zone d'alerte "très élevée", le niveau le plus strict des restrictions qui implique la fermeture des pubs, restaurants et musées, ainsi que l'interdiction pour les ménages de se mélanger sauf exceptions.

Mercredi, sans revenir sur l'autorisation donnée pour trois foyers de se retrouver autour de Noël malgré la pandémie, Boris Johnson avait appelé à la prudence et à opter pour de "petites" fêtes de Noël. Il avait toutefois refusé vendredi d'exclure un troisième confinement pour l'Angleterre, alors que le Pays de Galles et l'Irlande du Nord ont décidé de reconfiner après Noël.

Le Royaume-Uni, pays d'Europe le plus durement touché avec l'Italie, avec plus de 66.500 morts, a lancé le 8 décembre une campagne de vaccination massive, visant en priorité les personnes âgées et les soignants.

Après le vaccin Pfizer-BioNTech, l'agence britannique du médicament (MHRA) devrait approuver, le 28 ou le 29 décembre, un deuxième vaccin, celui développé par le laboratoire AstraZeneca avec l'université d'Oxford, selon le journal The Telegraph.

H.G. avec AFP