BFMTV
Santé

Résistance aux antibiotiques: l'appel des médecins

Image d'illustration

Image d'illustration - AFP

Des médecins et associations de patients dénoncent une nouvelle fois ce jeudi matin la surconsommation d’antibiotiques en mettant en évidence des niveaux élevés de résistance à plusieurs infections bactériennes.

Des médecins et des associations de patients, comme la Fédération française des diabétiques, lance ce jeudi 1 février un nouvel appel contre la consommation excessive d'antibiotiques, rapporte Le Parisien. Ils remettent en question la capacité de ces médicaments à soigner les infections, même les plus courantes.

"Si la résistance aux antibiotiques continue à progresser à ce niveau d’intensité, sans autre option de soin, il y aura bientôt des infections banales que l’on ne pourra plus soigner", s'inquiète le Professeur Eric Senneville, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Tourcoing

Pression des patients

Une étude réalisée en décembre dernier à partir des données hospitalières de 2014 et 2016 confirme le constat des médecins. Elle souligne une augmentation des séjours à l'hôpital, notamment pour des cas d'infections et surinfection cutanées dont les bactéries sont particulièrement coriaces et résistantes aux traitements.

"C’est vrai qu’on en donne trop, mais parfois sous la pression des patient", assure dans Le Parisien le Docteur Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France. "Un enfant arrive, il a été exclu de la crèche parce qu’il avait une rhino avec 38.5° de fièvre. Vous ne donnez pas d’antibio et trois jours après il fait une otite. Venez voir la tête des parents ! Seule une véritable volonté politique peut faire changer les mentalités", poursuit-il. 

Une grande campagne en 2019

Une étude réalisée en décembre dernier à partir des données hospitalières de 2014 et 2016 confirme le constat des médecins. Elle souligne une augmentation des séjours à l'hôpital, notamment pour des cas d'infections et surinfection cutanées dont les bactéries sont particulièrement coriaces et résistantes aux traitements. 

Cette semaine, l'OMS a également sonné l'alarme, pointant la "situation grave de l'antibiorésistance à travers le monde". En France, un cap a été fixé en 2016 pour faire baisser de 25% la consommation d'antibiotiques d'ici à 2018. Un objectif "clairement pas tenable", admet dans Le Parisien le professeur Christian Brun-Buisson, délégué à l'antibiorésistance au ministère de la Santé, qui repousse l'échéance à 2020. Dans le quotidien, il annonce ce jeudi le lancement en 2019 d'une campagne de prévention contre la consommation excessive d'antibiotiques qui ciblera les médecins et les patients. D'autres mesures seront mises en place, notamment pour favoriser la recherche dans ce domaine. 

M.P.