BFMTV

Réouvertures, vaccin, masque en extérieur... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Olivier Véran sur BFMTV

Le ministre de la Santé Olivier Véran était l'invité exceptionnel de BFMTV le lundi 17 mai 2021.

Le ministre de la Santé Olivier Véran était l'invité exceptionnel de BFMTV le lundi 17 mai 2021. - BFMTV

Le ministre de la Santé était l'invité exceptionnel de BFMTV ce lundi soir. Une émission spéciale au cours de laquelle il a notamment appelé à la plus grande vigilance, à moins de deux jours d'une nouvelle étape dans le calendrier de déconfinement.

Réouverture quasi-imminente, mais prudente. Tandis que la prochaine étape du déconfinement doit débuter ce mercredi, avec la réouverture de nombreux lieux publics et un décalage du couvre-feu à 21h, Olivier Véran a défendu la stratégie du gouvernement contre le Covid-19 et répondu aux questions des téléspectateurs lors d'une soirée spéciale sur BFMTV ce lundi. Retour sur les déclarations fortes du ministre de la Santé sur notre antenne.

• "On a la ferme intention de réussir ce déconfinement"

Le ministre de la Santé, conscient de l'impatience des Français de vouloir profiter à nouveau des terrasses de restaurant ou encore des salles de cinémas, a appelé la population à ne pas se relâcher malgré l'amélioration de la situation sanitaire.

"On ne peut pas se planter, on a la ferme intention de réussir ce déconfinement", a déclaré Olivier Véran. "On a réussi le déconfinement l'année dernière, celui du 11 mai. Nous l'avons fait à un bon rythme et cela nous a permis une fois qu'on avait annoncé la réouverture de ne pas revenir en arrière".

Si le virus circule davantage que l'année dernière et l'émergence de variants inquiète quant à la tenue du calendrier de déconfinement, le ministre de la Santé a néanmoins souligné que la vaccination représentait une véritable arme contre l'épidémie: "profitons de la liberté retrouvée, mais faisons en sorte qu’elle dure".

• La réouverture des boîtes, "question la plus épineuse"

Interrogé sur le cas des discothèques, fermées depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020, Olivier Véran assuré qu'une réponse serait donnée "dans le mois qui vient" quant à une éventuelle réouverture.

"On ne peut pas nier qu'il y aura un report vers des soirées ailleurs si les discothèques restent fermées dans la durée", a reconnu Olivier Véran.

Le ministre a assuré qu'il y aurait avant la fin juin une clause de revoyure pour pouvoir déterminer les conditions sanitaires pour permettre une éventuelle réouverture des boîtes de nuit: "si ça doit passer par un pass sanitaire, cela passera par un pass sanitaire".

• Un pass sanitaire pour les événements sportifs à plus de 1000 personnes

Si Olivier Véran a assuré qu'il n'y aurait pas de mise en place de pass sanitaire pour les restaurants ou cinémas, ce sera toutefois le cas des événements sportifs rassemblant plus de 1000 personnes.

"Le 19 mai, c'est 35% du stade jusqu'à 1000 personnes. À partir du 9 juin, on peut monter à 65% jusqu'à 5000 spectateurs", a déclaré le ministre de la Santé.

Il faudra "démontrer qu'on est vacciné" ou apporter la preuve qu'on a eu le Covid et qu'on est protégé ou réaliser un test négatif de moins de 48h". Reste que le ministre a reconnu que "les personnes qui ne se feront pas vacciner seront défavorisées par rapport à celles qui seront vaccinées".

• Des mariages "les plus normaux possibles" en juillet "si tout va bien"

Autres rassemblements attendus et notamment au cours de la période estivale: les mariages. Olivier Véran a détaillé le protocole sanitaire des cérémonies pour les semaines à venir.

"À partir du 19 mai, c'est un emplacement sur trois en quinconce dans les salles et la restauration pourra se faire seulement en extérieur", a détaillé le ministre sur notre antenne.

À compter du 9 juin, il sera alors question d'un emplacement sur deux et la restauration pourra se faire en intérieur: "avec une jauge à 50%, comme dans les restaurants et les bars", précise Olivier Véran. Les mariages se déroulant donc après le 30 juin, dernière étape du calendrier de réouverture du pays, pourront donc se tenir sans règles sanitaires "si tout va bien", a enfin prévenu le ministre.

• La vaccination des enfants, "pas tout de suite, mais peut-être"

Tandis que plusieurs pays ont donné leur feu vert à la vaccination des adolescents, comme le Canada ou les États-Unis, Olivier Véran a estimé que la question pourrait se poser en France, mais qu'il était encore trop tôt pour l'évoquer, la vaccination n'étant pas encore ouverte à tous les adultes.

"C'est pas pour tout de suite, mais c'est peut-être", a déclaré le ministre sur BFMTV. "Des autorités sanitaires estiment que cela pourrait être nécessaire, au moins en descendant l'âge de 12 ans [...] mais il nous faut encore des autorisations de l'Agence européenne du médicament".

• La fin du masque en extérieur? "On y arrivera bientôt"

Olivier Véra a répété que le port du masque restait obligatoire en extérieur en France, mais qu'une potentielle levée d'obligation serait "rapidement envisagée" si la circulation du virus continue de baisser.

"Je ne crois pas qu’on soit amenés à demander aux Français de garder le masque à la plage, sur un transat", a néanmoins estimé le ministre, qui a assuré que le gouvernement ne demanderait pas à la population de porter le masque "une journée de plus que ce qui est nécessaire". "On n'en est pas encore là en France. On y arrivera bientôt", a enfin assuré Olivier Véran.

• Une décoration pour Guillaume Rozier? "Il peut déposer un dossier"

L'ingénieur Guillaume Rozier, invité sur BFMTV, a notamment pu interpeller le ministre de la Santé sur les données sanitaires accessibles au public. Interrogé quant à une éventuelle décoration pour le fondateur de Covid Tracker et de "Vite ma dose", Olivier Véra rappelé que l'obtention de la Légion d'honneur était réservée aux personnes âgées de plus de 36 ans. Seule dérogation: la Légion d'honneur présidentielle, remise sans condition d'âge mais uniquement par le chef de l'État.

"S'il veut l'Ordre du Mérite, il peut déposer un dossier de demande", a en tout cas déclaré le ministre qui a félicité le jeune ingénieur pour son travail.
Hugues Garnier Journaliste BFMTV