BFMTV

Rentrée scolaire: des pédiatres conseillent de vacciner les enfants contre la grippe et la gastro

Un enfant à l'entrée d'une école élémentaire toulousaine le 22 juin 2020 (photo d'illustration)

Un enfant à l'entrée d'une école élémentaire toulousaine le 22 juin 2020 (photo d'illustration) - Lionel Bonaventure-AFP

A moins de 15 jours de la rentrée, le virus circule activement dans plusieurs régions. Alors que la question de la contagiosité des enfants n'est pas tranchée, des pédiatres appréhendent la reprise.

À quelques jours de la rentrée scolaire, l’inquiétude règne dans les rangs des pédiatres. Alors que la circulation du SARS-CoV-2 en France s’est maintenue à "un niveau très significatif" pendant l’été, sept sociétés savantes de pédiatrie font part de leur appréhension concernant le retour à l’école, dans une lettre ouverte diffusée ce mercredi et relayée dans les colonnes du Monde.

"Le risque de survenue de contamination par le SARS-CoV-2, aussi bien chez les enfants que chez les adultes qui les encadrent, est réel", avertissent les sept sociétés savantes de la discipline qui se montrent "inquiètes devant l’organisation de la rentrée telle qu’elle se profile".

La crainte des pédiatres découle notamment de l’assouplissement par le ministère de l'Éducation nationale du protocole sanitaire. Le 20 juillet, un nouveau texte a été envoyé à l'ensemble de la communauté éducative indiquant que la distanciation physique ne s'appliquera plus dans les espaces extérieurs. Dans les espaces clos (salles de classe, bibliothèques, cantines...), elle ne sera plus obligatoire "lorsqu'elle ne sera pas matériellement possible" ou "qu'elle ne permettra pas d'accueillir la totalité des élèves".

Incertitudes sur la contagiosité des enfants

Les enfants de plus de 11 ans devront toutefois continuer à porter un masque dans les espaces clos et extérieurs lorsque la distanciation d'un mètre ne pourra être garantie. Face à cet allègement des mesures de protection contre le Covid-19, la rentrée fait craindre le pire à ces professionnels qui rappellent qu’il faut "absolument éviter de dire que les enfants ne sont pas contaminateurs".

En effet, si les plus jeunes semblent peu touchés par le virus - ils représentent moins de 5% de l’ensemble des cas de Covid-19 rapportés dans le monde, selon l’agence Santé publique France - aucun consensus n'existe sur la question de leur contagiosité une fois qu'ils ont contracté le virus, même s'ils n'ont pas de symptômes. Un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) précise ainsi:

"Les enfants qui présentent des symptômes excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont donc contaminants comme le sont les adultes. Mais le caractère infectieux des enfants asymptomatiques est inconnu". Toutefois, "les investigations des cas en milieu scolaire suggèrent que la transmission d’enfant à enfant en milieu scolaire est rare", laissant planer le doute sur cette question.

Vacciner pour faciliter le diagnostic

Malgré les incertitudes et l’inquiétude, les pédiatres ne conseillent pas de soumettre "systématiquement" les enfants aux tests PCR en cas de fièvre, de toux ou de diarrhée car ils ont "un rendement modeste - le taux de positivité est faible chez l’enfant", expliquent-ils, préconisant les tests salivaires, plus rapides.

"L’objectif est plus d’évaluer le risque de contagiosité que d’éliminer le diagnostic de Covid-19", précisent les pédiatres.

Par ailleurs, afin d’écarter les doutes quand les enfants présentent les symptômes d’un virus hivernal, les médecins recommandent de les vacciner contre la grippe, qui peut avoir un diagnostic similaire à celui du coronavirus. "Une vaccination contre la grippe élargie réduirait une partie des consultations pour syndromes respiratoires aigus", abonde auprès du Monde le professeur Alexandre Belot, rhumato-pédiatre à l’Hôpital Femme Mère Enfant de Lyon.

Et a l'instar, de l’Académie de médecine, ils appelent à faire de même avec la vaccination contre le rotavirus des petits nourrissons, à l’origine des gastro-entérites dont les symptômes (comme la diarrhée) présentent également des similitudes avec le Covid-19.

"Si on a moins d'enfants avec des diahrées et de la fièvre, on va moins souvent se poser la question 'est-ce que c'est un Covid, est-ce qu'il faut que je fasse le test?' et éviter éventuellement des tests inutiles", explique à RMC Élise Launey, professeure de pédiatrie au CHU de Nantes. "Et il y a eu plus de décès par grippe en 2019 que de décès par Covid donc ça peut paraître justifié de proposer cette protection individuelle et collective dans le contexte de la crise sanitaire."

Éviter les fermetures d'écoles

Par cette missive, les pédiatres espèrent également inciter les autorités à mettre en place des mesures de prévention plus claires au sein des établissements scolaires afin d’éviter les fermetures liées à d’éventuels clusters.

En début de semaine, Julien Amour, médecin réanimateur à l’hôpital Jacques-Cartier dans l'Essonne, mettait déjà en avant sur BFMTV la nécessité du retour à l’école, "d’un point de vue éducatif et social". Cette rentrée scolaire en présentielle est également "cruciale" pour les parents qui ont parfois eu du mal à jongler entre leur travail et l’éducation des enfants à la maison durant le confinement.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV