BFMTV

Première implantation réussie d'une cornée artificielle chez une patiente aveugle en Europe

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - MOHD RASFAN / AFP

Trente jours après l'intervention chirurgicale, la patiente de 59 ans a pu recouvrer une partie de sa vision et sa vue devrait être stabilisée d'ici un mois.

L’Hôpital Fondation Rothschild a annoncé ce jeudi la réussite de la première implantation en Europe d’une cornée 100% artificielle chez une personne aveugle. Trente jours après l'intervention chirurgicale, la patiente de 59 ans a pu recouvrer une partie de sa vision et sa vue devrait être stabilisée d'ici un mois.

Atteinte d’une pathologie cécitante cornéenne, la patiente a été greffée à six reprises, mais, à chaque fois, les greffes se sont soldées par un échec à cause de rejets et d'infections sévères. Sa cornée très endommagée lui avait fait perdre toute sa vision et son autonomie, l'obligeant à se déplacer à l'aide d'un canne blanche et d’un accompagnant.

Cornée artificielle 100% synthétique

Elle a pu bénéficier d’une inclusion dans un essai clinique utilisant une cornée artificielle de nouvelle génération. Le dispositif greffé est composé de matériaux synthétiques biocompatibles, qui s’intègrent progressivement à l’environnement cellulaire de l'œil. Cette cornée artificielle est 100% synthétique alors que les précédentes versions nécessitaient un donneur humain.

Pour le docteur Eric Gabison, ophtalmologue à l’Hôpital Fondation Rothschild qui a réalisé l'intervention, cela simplifie le geste puisque la prothèse est disponible à tout moment (stockage possible de plus d’un an à température ambiante) et ne présente pas les risques infectieux et immunologiques des bioprothèses et des greffons humains.

"Face à la pénurie mondiale de greffons de cornée humaine et, pour les patients pour lesquels la greffe échoue, ce type de cornée artificielle présente une bonne alternative et une véritable innovation médicale, car de nombreux patients seront éligibles y compris dans les pays ne dispensant pas d’infrastructures permettant la greffe de tissus. Nous pourrons greffer des patients jusqu’alors sans possibilités thérapeutiques, atteints de pathologies cornéennes sévères", précise Eric Gabison dans un communiqué de l'Hôpital Fondation Rothschild.

"Comme avec toutes les innovations dans leur phase d’essai clinique, il convient d’être prudent et d’avoir du recul quant aux résultats à moyen et long terme, mais cette première intervention s’avère particulièrement prometteuse", conclut le chirurgien.

Salomé Robles