BFMTV

Pourquoi les jeunes enfants n'aiment pas les légumes verts

Panier de haricots verts

Panier de haricots verts - SAUL LOEB / AFP

Alors qu'un sondage révèle que le chou de Bruxelles est l'aliment le plus détesté par les enfants à la cantine, deux psychologues américaines ont tenté d'expliquer scientifiquement l'aversion des plus jeunes pour les légumes verts.

Si les frites, les pâtes, le riz ou les glaces figurent dans le palmarès des aliments préférés des enfants, le chou de Bruxelles, la courgette ou les épinards sont quant à eux détestés par les plus jeunes. Mais pourquoi donc cette aversion pour les légumes et notamment les légumes verts? D'après une étude menée par deux pyschologues à l'université de Yale aux Etats-Unis, le fait de bouder une assiette de haricots verts n'aurait rien d'un caprice ou d'un dégoût pour la nourriture saine mais bien d'une prédisposition mentale que les humains ont dès leur naissance à l'égard de la couleur verte.

Annie Wertz et Karen Wynn ont mené au Centre d’études cognitives infantiles de Yale une série de tests sur 47 enfants âgés de 8 à 18 mois à qui elles ont proposé de jouer avec différents types d'objets: véritables plantes, plantes artificielles, objets en plastique et en métal. Et leur conclusion est sans appel: les enfants ont présenté une "réticence frappante" à toucher les vraies plantes. 

Un mécanisme d'autodéfense

D'après les psychologues, cette méfiance s'expliquerait par un mécanisme d'autodéfense naturel pour se protéger des dangers que peut provoquer le toucher ou l'ingestion de plantes toxiques.

"Cette stratégie comportementale permettrait aux nourrissons de se protéger contre les dangers des plantes, en diminuant la probabilité d’ingérer des toxines végétales (…) ou d’encourir des blessures causées par les défenses naturelles des plantes (poils fins, épines, huiles nocives…)"

Pas une peur, donc, mais une forme de méfiance.

"Nous ne suggérons pas que les enfants sont effrayés par les plantes mais nous pensons que lorsqu’ils identifient une plante, ils déploient une stratégie comportementale pour limiter l’exploration par le toucher"

Si selon elles, ces résultats peuvent expliquer "les frustrations de nombreux parents confrontés au rejet des fruits et des légumes par leurs jeunes enfants", l'éducation et la diversification alimentaire permettent toutefois assez facilement (et avec un peu de patience) de changer le regard des jeunes enfants sur les aliments verts.

Me.R.