BFMTV

Polynésie : de nombreux cas de Covid liés à "l'indiscipline et l'irresponsabilité"

Un soignant effectuant un test pour le coronavirus à Los Angeles (Etats-Unis), le 24 juillet 2020 (PHOTO D'ILLUSTRATION).

Un soignant effectuant un test pour le coronavirus à Los Angeles (Etats-Unis), le 24 juillet 2020 (PHOTO D'ILLUSTRATION). - VALERIE MACON / AFP

En l'espace de seulement quatre jours, 71 personnes y ont été testées positives.

Alors que la Polynésie française connaît, avec 71 personnes testées positives en quatre jours, une brusque augmentation des cas de Covid-19, de nombreuses questions se posent. Lors d'un point presse tenu par le Haut-commissaire Dominique Sorain et le Président Edouard Fritch, ces deniers ont dénoncé "l'indiscipline et l'irresponsabilité " ayant permis cette propagation.

"Soixante-deux cas en cinq mois et aujourd'hui, en quatre jours, 71 cas : c'est de la décadence!" a regretté Edouard Fritch. Certains nouveaux arrivants en Polynésie ont participé à de grands rassemblements festifs dans des restaurants et ont propagé le virus.

Depuis mi-juillet, aucune quarantaine n'est plus imposée, mais les passagers doivent présenter un test négatif avant leur embarquement ; ils s'engagent aussi à réaliser un auto-prélèvement quatre jours après leur arrivée et à respecter les gestes barrières.

Un nouveau confinement exclu

Le haut-commissaire, plus haute autorité de l'Etat en Polynésie, a interrompu une croisière aux îles Marquises pour prendre le premier avion et revenir à Tahiti mardi. Lui aussi a fustigé "des comportements inadmissibles".

Tous deux ont cependant exclu un retour au confinement. Ils ont annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes sans autorisation préalable, la fermeture des discothèques et l'obligation du port du masque dans les commerces, sous peine d'amende.

Les organisateurs de soirées et les personnes qui ont répandu le virus en ne respectant pas les gestes barrières seront sanctionnés, a assuré le Président.

Rétablissement de la quatorzaine?

Syndicats et patronat demandent le rétablissement de la quatorzaine pour tous les passagers débarquant à Tahiti. Mais pour Edouard Fritch, la quarantaine, qu'elle soit de sept ou quatorze jours, n'est pas compatible avec la reprise du tourisme, moteur de l'économie locale.

Les partenaires sociaux demandent aussi un report de la rentrée scolaire. Elle a débuté mardi dans les collèges et lycées et doit se poursuivre mercredi dans les écoles primaires. Beaucoup d'élèves sont venus sans masque, surtout dans les lycées. La ministre de l'Education locale, Christelle Lehartel, a annoncé qu'il serait désormais obligatoire dans tout le second degré.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV