BFMTV

Pilule: des experts mondiaux critiquent l'alarmisme de la France

-

- - -

Dans une tribune, des spécialistes européens et nord-américains estiment que la polémique en France sur les pilules de 3e et 4e génération a "porté préjudice aux femmes".

L'alarmisme plus dangereux que la pilule? Mardi, des spécialistes européens et nord-américains de la contraception critiquent l'alerte lancée par la France à l'automne dernier sur les pilules de 3e et 4e génération pour leur risque accru de thrombose.

Dans une tribune au Journal of family planning and reproductive health care, 26 spécialistes de gynécologie, obstétrique et médecine de la reproduction critiquent le fait que les autorités sanitaires françaises se sont "senties obligées de réagir" sous la pression et estiment que "cette crise a porté préjudice à tous, spécialement aux femmes".

Moins dangereux que le cyclisme

Ils souligent en effet que "le risque de mort d'un accident thrombo-embolique veineux", c'est-à-dire par formation d'un caillot sanguin, est "faible": "le sur-risque de décès d'une femme prenant une pilule moderne est de un sur 100.000, ce qui est inférieur au risque associé à des activités courantes comme le cyclisme", expliquent-ils.

Ils s'interrogent même sur la solidité des études qui indiquent un sur-risque de thrombose veineuse chez les femmes utilisant des pilules de 3e et 4e générations, mis en avant par la France pour lancer son alerte sur ces contraceptifs oraux.

"Des études additionnelles sont nécessaires"

"Actuellement, les données manquent ou bien sont controversées" estiment ces experts, pour lesquels des "études prospectives, bien contrôlées et additionnelles sont nécessaires".

Les prescriptions de pilules de 3e et 4e générations ont été plus strictement encadrées en France ce début d'année à la suite de la plainte d'une femme victime d'un AVC attribué à une pilule de 3e génération. Des études, notamment celle menée par l'Agence du médicament, avaient alors montré un risque accru de thrombose veineuse par rapport à celles de 1e et 2e générations.


A LIRE AUSSI:

>> Pilule: les médecins craignent une "panique"

>> La pilule gratuite pour les 15-18 ans

>> 2.500 accidents et 25 décès dûs à la pilule chaque année