BFMTV

Lille: le combat de patients diabétiques, bientôt privés de leurs pompes à insuline

Plusieurs diabétiques suivis par le CHU de Lille risquent de ne pas pouvoir renouveller leurs pompes à insuline en raison de la suspension de leur production par une société américaine.

Une douzaine de diabétiques porteurs de pompes à insulines implantées et suivis par le CHU de Lille vivent actuellement une véritable course contre-la-montre. Depuis un an et l'annonce de l'arrêt de la production de ces appareils par la société américaine Medtronic, An"ne Durieux et plusieurs autres diabétiques lillois se battent pour que l'entreprise constitue un stock suffisant de pompes avant de se retirer du marché.

Très inquiète pour les mois à venir, Anne fait part au micro de BFM Grand Lille d'une "colère énorme" à l'encontre de Medtronic, "qui a tout simplement décidé de nous oublier".

"C'est de la non-assistance à personne en danger", dénonce la diabétique, porteuse d'une pompe à insuline implantée depuis 17 ans.

"Le risque de devenir aveugle, l'amputation"

Pour de nombreux diabétiques de type 1 au diabète "instable et ingérable", comme l'explique le Collectif des Diabétiques Implantés, leurs pompes à insuline fabriquées par Medtronic - les seuls commercialisées sur le marché - leur sont vitales.

Selon Anne Durieux, l'impossibilité de la renouveller peut avoir des conséquences dramatiques.

"On sait ce qu'il va se passer sans pompe pour nous, déplore-t-elle. C'est le risque de devenir aveugle, le risque d'avoir les reins qui lâchent et de devoir faire une greffe, c'est l'amputation. C'est ça notre futur sans pompe."

Seulement 45 pompes en stock

Si Medtronic a cédé le brevet de ces pompes à deux autres sociétés, l'une américaine et l'autre hollandaise, elles ne devraient pas être sur le marché avant 2023.

Et bien que ces appareils aient une durée de vie de six à huit ans et que certains diabétiques puissent attendre trois ans, ce n'est pas le cas d'Anne Durieux. D'autant qu'il ne reste aujourd'hui que 45 pompes en stock.

"Ma pile commence à décliner, ce qui veut dire que je vais être dans le lot des personnes qui n'auront pas de pompe parce que sur ces 45, il y en a déjà trente qui ont été attribuées", explique la diabétique. "Il ne restera que 15 pompes pour d'autres patients. Je doute très fort d'en bénéficier."

Pour tenter de faire bouger les choses, le Collectif des Diabétiques Implantés a lancé une pétition sur change.org. Plus de 11.000 signatures ont déjà été récoltées. Leur demande est simple: que Medtronic fabrique un stock de plusieurs dizaines de pompes avant d'arrêter définitivement sa production.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions