BFMTV

Les vraies garanties du bio contre les pesticides

La Une du Charlie Hebdo consacré aux pesticides, à paraître le mercredi 12 septembre 2018.

La Une du Charlie Hebdo consacré aux pesticides, à paraître le mercredi 12 septembre 2018. - Charlie Hebdo

INFOGRAPHIE - Contrairement aux idées reçues, le bio ne garantit pas à 100% l’absence de pesticides, comme le montre l’enquête de 60 Millions de consommateurs. Le cahier des charges européen tolère plusieurs substances phytosanitaires d’origine "naturelle", parfois nocives pour l’environnement.

Le bio est-il vraiment exempt de pesticides? 60 Millions de consommateurs a testé 74 produits bio pour déterminer s'ils étaient porteurs ou non de pesticides. Résultat, près de 10% d’entre eux contiennent des traces de ces substances nocives pour la santé. Ils respectent pourtant bien le cahier des charges du bio, qui n’exclut pas totalement l’usage de produits phytosanitaires.

Des pesticides dangereux pour les abeilles tolérés 

Le règlement européen précise que "la prévention des dégâts causés par les ravageurs, les maladies et les mauvaises herbes (doit) reposer principalement sur la protection des prédateurs naturels, le choix des espèces et des variétés, la rotation des cultures, les techniques culturales et les procédés thermiques". Quand ces méthodes ne suffisent pas, le label tolère l’utilisation de substances actives d’origine "naturelle". Près d’une centaine de produits sont ainsi autorisés par l’agriculture biologique.

Cependant, tout ce qui est naturel n’est pas nécessairement inoffensif. Parmi les substances autorisées, on trouve le spinosad, issu de la fermentation d’une bactérie présente dans le sol. Ce produit agit directement sur le système nerveux des insectes. Selon la biographie officielle, il est classé comme "toxique ou très toxique pour les hyménoptères pollinisateurs: abeille et bourdons, par effet direct, et peut-être également par ingestion de pollen ou de nectar".

Le cahier des charges de l’agriculture biologique autorise également cinq dérivés du cuivre, dont la bouillie bordelaise, mélange à base de chaux et de sulfate de cuivre. Utilisé pour tuer les maladies et les champignons, le cuivre a la fâcheuse tendance de s’emmagasiner dans le sol et les eaux. En 2015, la revue Wikiagri et Agriculture & environnement (A&E) a constaté la présence de résidus du métal dans la totalité d'un panel de vins bio.

Pour éloigner pour de bon les pesticides de son assiette, le consommateur peut se tourner vers des labels plus exigeants. Bio Cohérence limite par exemple la quantité de résidus à 0,005 mg/kg de pesticides cumulés. Mais la marque n’est présente qu’en magasin spécialisé. Toutefois, comme le souligne le magazine 60 Millions de consommateurs, les résultats du bio restent globalement très bons.

Emeline Gaube