BFMTV

Les dentistes alertent des risques du cannabis sur les dents

Des études scientifiques démontrent que le joint fait plus de ravages en bouche que la cigarette.

Des études scientifiques démontrent que le joint fait plus de ravages en bouche que la cigarette. - AFP

Le dentistes de la Société de médecine dentaire belge ont alerté les consommateurs de cannabis sur les effets dévastateurs de cette drogue sur leurs dents.

La marijuana fait des ravages dans la bouche de ses fumeurs, et bien plus encore que la cigarette, alertent les dentistes de La société de médecine dentaire belge

"Les dentistes sont nombreux à constater les effets néfastes du cannabis au niveau de la santé buccodentaire" rapporte au journal Le Soir Véronique Seha, dentiste généraliste et chargée de cours sur l'impact du tabagisme sur la santé buccodentaire. Elle ajoute: "la dose et la durée dans le temps de la consommation constituent des facteurs aggravants".
Elle explique aussi que les personnes fumant le cannabis sont plus susceptibles d'être victimes de: "colorations, de l'érosion dentaire, plus de caries, plus de dents manquantes, des troubles sensoriels, des mycoses et des lésions précancéreuses". 

Le THC, substance dévastatrice

Le THC, le principe actif contenu dans la marijuana, est le principal responsable de ses dommages buccaux. Les dentistes estiment que cette substance modifie la flore buccale, diminue la production de salive, épaissit et rend la plaque dentaire plus collante et difficile à éliminer.

Véronique Seha conseille donc vivement aux consommateurs de chanvre: 

"Tout fumeur de cannabis (et bien sûr de tabac) devrait consulter régulièrement son dentiste, qui pourrait l'informer sans juger, dépister les atteintes buccodentaires, les soigner voire, si nécessaire, référer le patient à un autre spécialiste. Il est important de créer une relation de confiance pour aborder ce sujet délicat et permettre ainsi au consommateur de discuter sereinement avec le praticien". 

Ces derniers mois, des "coffee shops" vendant des produits à base de cannabidiol se sont ouverts dans des grandes villes de France, comme à Montpellier, à Lille ou à Paris, profitant d'un flou juridique.

Jeanne Bulant