BFMTV

Les bébés préfèrent communiquer entre eux qu'avec vous

Les bébés réagiraient plus à la voix de leurs pairs qu'à celle d'adultes, selon une étude

Les bébés réagiraient plus à la voix de leurs pairs qu'à celle d'adultes, selon une étude - Capture d'écran McGill University - Youtube

Votre bébé n'aime pas trop vous écouter. Probablement parce qu'il sait déjà qu'il ne peut pas reproduire les sons que vous émettez, contrairement aux babillages qu'il peut entendre.

Vous aurez beau faire tous les efforts du monde pour imiter le plus beau des gazouillis, votre bébé préférera toujours "causer" avec un autre bambin. C'est triste, mais c'est le résultat d'une étude canadienne publiée dans la revue Developmental Science. Le timbre de voix des adultes stimule moins les bébés que celui d'autres bébés, conclut le travail des chercheurs.

En témoigne une vidéo postée le 5 mai par la McGill University de Montréal. On y observe Camille, un bébé qui ne babille pas mais qui réagit beaucoup au son d'une voix de bébé alors que le son d'une voix adulte la laisse indifférente.

L'expérience des chercheurs consistait à faire entendre à de très jeunes nourrissons une série de sons de synthèse courts émis soit par l'équivalent d'une voix de femme, soit par l'équivalent d'une voix de bébé.

D'après l'étude, les enfants de 6 mois seraient donc bien plus enclins à écouter le babillage, auquel ils accordent 40% de temps d'attention de plus. Sourires, mouvements de la bouche voire les deux en même temps ont été considérés comme des signaux positifs par les scientifiques.

Une voix plus proche de leurs propres aptitudes

Comme si les bébés comprenaient qu'il s'agissait d'un son qu'ils pouvaient essayer de reproduire eux-aussi, même s'il ne leur est pas particulièrement familier. Les bébés qui ont participé à l'expérience ne savaient en effet pas gazouiller eux-mêmes.

Une découverte importante pour les chercheurs qui pensent que l'attrait du bébé pour certains sons peut favoriser les processus impliqués dans l'apprentissage du langage. "Peut-être que quand nous utilisons une voix haut-perchée ou que nous imitons un enfant pour parler à nos bébés, nous les préparons en fait à percevoir leur propre voix", analyse Linda Polka, auteure principale de l'étude.

A. D.