BFMTV

Les aînés auraient un avantage intellectuel sur leurs frères et soeurs, selon une étude

(photo d'illustration) -

(photo d'illustration) - - Martin Bureau - AFP

L’ordre des naissances n’aurait pas d’impact sur la personnalité des enfants. En revanche, il semble que les aînés aient plus de chances de réussir sur le plan académique et intellectuel, selon une étude publiée dans le Journal of human resources.

Les théories populaires entretiennent de nombreux stéréotypes autour de l’ordre des naissances des enfants. Le plus jeune serait le plus couvé, celui du milieu, le plus négligé, et l’aîné serait le plus sage. Des idées reçues que rien ne semblait confirmer jusqu’alors, et pourtant... Une étude américaine, publiée dans le Journal of human resources, démontre que les premiers nés s’en sortent mieux d’un point de vue académique et intellectuel.

"Pour leur premier enfant, les parents ont tendance à vouloir tout faire correctement. Ils font généralement plus attention à leurs interactions et à leurs investissements avec le premier-né", expose l’un des auteurs de l’étude, Jee-Yeon K. Lehmann, interrogé par le site d’information Today.

Les parents plus laxistes avec les cadets

"À chaque nouvel enfant, les parents ont tendance à être plus laxistes sur les sujets qu’ils ne considèrent pas comme essentiels au développement de leurs enfants", explique-t-elle. S’ils offrent autant d’amour à tous leurs enfants, les parents sont généralement plus investis dans la stimulation mentale de leur aîné. Ils passent par exemple moins de temps à lire ou à enseigner des concepts de base comme l'alphabet à leur deuxième ou troisième enfant.

Cet investissement parental a des effets sur les capacités de réflexion des enfants. D’après les données recueillies par les chercheurs, les cadets obtiennent de moins bons résultats aux évaluations cognitives - de la naissance jusqu’à leurs 14 ans – et cela peut encore se ressentir à l’âge adulte.

Quotient intellectuel inférieur?

"L'enseignement à tirer de ces résultats est que les parents ne doivent pas sous-estimer l’importance de leur investissement dans l’éducation de chacun de leurs enfants", soutient Jee-Yeon K. Lehmann, économiste dans le groupe d’analyses de Boston. Et d’ajouter: "Toutes les activités d'apprentissage que vous avez menées avec votre premier enfant semblent avoir un impact positif et durable sur son développement."

De précédentes études ont démontré que les enfants nés plus tard avaient un quotient intellectuel inférieur à celui de leur aîné et qu’ils gagnaient généralement moins d'argent dans leur vie professionnelle. Ils peineraient davantage à obtenir leur diplôme d'études secondaires. Mais les chercheurs de Boston ont toutefois trouvé des côtés positifs à être né plus tard: les cadets ont tendance à être en meilleure santé à la naissance, selon Jee-Yeon K. Lehmann.

Ambre Lepoivre