BFMTV

Le variant anglais du Covid-19 représente 3.3% des cas positifs en France

Etude et analyse d'échantillons positifs au Covid-19 pour le variant britannique, le 15 janvier 2021 à Aalborg, au Danemark

Etude et analyse d'échantillons positifs au Covid-19 pour le variant britannique, le 15 janvier 2021 à Aalborg, au Danemark - Henning Bagger © 2019 AFP

Le variant britannique du coronavirus représente 3.3% des cas positifs de Covid-19 dépistés en France. En Île-de-France, ce taux atteint presque 10%.

Le variant anglais du Covid-19, particulièrement contagieux, représente 3.3% des cas de Covid-19 dépistés en France aux dates des 7 et 8 janvier dernier, a-t-on appris ce mercredi à partir des dernières données consolidées dans la soirée.

Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué ce mercredi qu'un cas de Covid-19 sur dix actuellement détectés en France pourrait être dû au variant anglais du coronavirus, soit trois fois plus que durant la première semaine de janvier.

"Les études qui nous ont été présentées ce matin (...) font état d'une estimation au 8 janvier à 3,2% de cas liés au variant (...) séquencé en Grande-Bretagne", a indiqué Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres, en mentionnant ensuite "des estimations sur le fait que ce variant circulerait aujourd'hui dans 10% des cas". "C'est donc une augmentation, une diffusion de ce variant à laquelle nous faisons face", a-t-il ajouté.

Près de 10% des cas en Île-de-France

La première estimation donnée par Gabriel Attal provient d'une enquête menée par l'agence sanitaire Santé publique France sur les tests PCR positifs des 7 et 8 janvier et appelée "enquête flash".

Par ailleurs, des médecins de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avaient indiqué mardi que ce même variant représentait 9.4% des cas positifs en Île-de-France entre le 11 et le 21 janvier, selon une enquête menée après le séquençage de 1000 tests PCR réalisés en région parisienne. Ils avaient alors prévenu que cela augurait d'une prochaine hausse "très significative" du nombre de malades.

En l'absence d'autres données plus récentes, on ne peut dire avec certitude à quel point le variant circule actuellement. Mais en se basant sur ses caractéristiques de contagiosité, des projections de l'Institut Pasteur et de l'Inserm prévoient une nette augmentation des cas d'ici fin février.

Une seconde enquête en cours

Pour mieux cerner la situation, une deuxième enquête "flash" a été organisée ce mardi et ce mercredi par le Centre National de Référence des virus des infections respiratoires (CNR) afin de mesurer l'étendue des différents variants du Covid-19 dans les tests PCR positifs réalisés en France. La date de la publication des résultats n'est pas encore connue, mais elle ne devrait pas intervenir avant plusieurs jours.

Si aucune décision n'a pour l'instant été officialisée, les variants anglais et sud-africain font planer l'ombre d'un troisième confinement sur la France. Et la situation est de plus en plus préocuppante à l'échelle mondiale. Le variant britannique s'étend désormais à 70 pays et 18.109 décès ont été enregistrés sur la journée de mardi dans le monde, selon un comptage réalisé mercredi par l'AFP à partir des bilans communiqués par les autorités sanitaires. Un chiffre quotidien jamais-vu depuis le début de la pandémie.

Margaux de Frouville et Jeanne Bulant