BFMTV

Le vaccin contre la grippe est-il efficace cette année?

Un patient se faisant vacciner contre la grippe (photo d'illustration).

Un patient se faisant vacciner contre la grippe (photo d'illustration). - Pascal Pochard - Casabianca - AFP

Deux régions viennent de passer en phase épidémique, tandis que toutes les autres sont en phase pré-épidémique.

Alors que l'épidémie de grippe s'installe en France et est passée en phase épidémique dans deux régions, l'Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur, le vaccin contre la grippe s'avère-t-il efficace cet hiver? BFMTV a posé la question à Bruno Lina, professeur de virologie à l’Université Lyon I et directeur du centre national de référence sur la grippe à Lyon. S’il est encore un peu tôt pour évaluer l’efficacité du vaccin, cette semaine s’annonce décisive pour la suite de l’épidémie.

Deux régions viennent de passer en phase épidémique: Provence-Alpes-Côte d’Azur et Île-de-France. Comment peut-on qualifier l’arrivée de la grippe cet hiver?

"Pour l’heure, je trouve que c’est une épidémie tranquille. Certaines régions sont en phase pré-épidémique depuis maintenant quatre semaines. Je pense par exemple à l’Occitanie. D’habitude, cela progresse plus rapidement. Les deux régions épidémiques vont nous permettre de dire ce qui va circuler et à quel point le vaccin sera efficace car on va avoir un grand nombre de cas : on aura les clés pour savoir quel virus majoritaire circule et on pourra se projeter dans l’efficacité du vaccin. Les prochains jours seront donc décisifs".

Il est donc trop tôt pour connaître l’efficacité du vaccin contre la grippe?

"Nous avons du mal à dégager un virus majoritaire : A et B circulent à égalité. A un moment donné, l’un devrait s’en aller, et l’autre prendre le dessus. Pour les échantillons de virus que nous avons déjà analysés, pour le virus A, la souche H1N1 qui circule est bien identique à celle contenue dans le vaccin. Quant au virus B recensé, il y a une petite différence antigénique possible. Autrement dit, une possible mutation du virus par rapport au contenu du vaccin. Ce n’est pas encore une certitude".

En quoi ces mutations peuvent-elles affecter la gravité d’une épidémie?

"Les virus A touchent plutôt les personnes âgées. Mais la bonne nouvelle, comme on vient de le dire, c’est que celui qui circule colle plutôt bien au vaccin. Donc si ce A prend le dessus dans les prochaines semaines, on peut être rassuré pour les personnes fragiles vaccinées.
A l’inverse, le virus de type B concerne davantage les enfants, les plus âgés étant généralement immunisés. Si la souche de virus B en circulation a varié depuis la conception du vaccin, celui-ci sera moins efficace".

Est-il encore temps de se faire vacciner?

"Si la question est "peut-on encore se faire vacciner?", la réponse est oui, tout le temps. Si la question est « peut-on encore avoir une efficacité de la protection ? » : la réponse est oui, mais moins bonne que celle d’il y a quinze jours. Pour résumer, il n’y a jamais de perte de chance à se faire vacciner mais plus on le fait tard, moins l’effet de protection est important.
Généralement, le début de l’épidémie, c’est plus le moment où l’on met en place les mesures barrière pour éviter de transmettre le virus aux personnes fragiles : lavage de mains, masque pour les personnes malades. Et pour les personnes qui ont déjà eu la grippe, inutile de penser au vaccin, c’est trop tard!"
Margaux de Frouville