BFMTV

Le remède contre l'allergie à l'arachide se trouve peut-être dans des probiotiques

-

- - iStock - michellegibson

Des chercheurs australiens annoncent une avancée majeure en ce qui concerne la prise en charge de l'allergie à l'arachide, qui repose jusqu'ici sur un régime d'éviction. Il s'agit d'un traitement à base de probiotiques qui permet une véritable tolérance sur le très long terme d'après plusieurs essais cliniques concluants.

L’allergie alimentaire est un ensemble de réactions immunitaires anormales survenant après l’ingestion d’un aliment particulier. Celui-ci, normalement inoffensif pour l’organisme, est alors appelé "allergène". Selon l'Assurance maladie, ce type d'allergie toucherait 6% des enfants, et plus de 3% des adultes en Europe. Parmi les plus fréquentes, l'allergie aux poissons et fruits de mer, au lait de vache, aux œufs et à l'arachide (cacahuètes).

L'allergie aux cacahuètes est la cause la plus fréquente d'anaphylaxie, la forme la plus spectaculaire et dangereuse de l’allergie (difficultés respiratoires, malaises...) dont l’issue peut être fatale, et donc l'une des causes les plus fréquentes de décès par allergie alimentaire. Le ministère de la Santé précise par ailleurs que les personnes qui en souffrent sont également plus à risque d'allergies croisées.

"Sur 100 sujets allergiques à l'arachide, la réactivité croisée entre autres légumineuses (soja, haricots, lentilles, fèves) est observable dans 40% des cas", précise-t-il. Le traitement de l'allergie alimentaire consiste en un régime d'éviction, prescrit par le médecin au terme d'un bilan allergologique. Mais des chercheurs du Murdoch Children's Research Institute sont sur la piste d'un vrai traitement qui pourrait permettre aux personnes concernées de pouvoir de nouveau consommer de l'arachide.

80% des patients ont répondu positivement

A la fin de l'essai clinique initial mené en 2013, 82% des enfants qui ont reçu le traitement d'immunothérapie élaboré par leurs soins, appelé PPOIT, ont en effet été jugés tolérants à l'arachide. Quatre ans plus tard, la majorité des enfants qui ont acquis cette tolérance mangeaient encore de l'arachide dans le cadre de leur alimentation quotidienne (80%) et ont passé un autre test de dépistage confirmant une tolérance sur le très long terme (70%).

Pendant cet essai clinique, les enfants avaient reçu une combinaison de probiotiques de souche Lactobacillus rhamnosus et de la protéine d'arachide en quantité croissante, ou un placebo, une fois par jour pendant 18 mois. "L'importance de cette découverte est que ces enfants peuvent manger des cacahuètes comme ceux qui n'ont aucune allergie et qu'ils conservent toujours leur état de tolérance.", a indiqué Mimi Tang, chercheuse principale de l'étude.

"Cela suggère également que la possibilité d'une tolérance est un objectif réalisable concernant le traitement de l'allergie alimentaire. Il s'agit d'une avancée majeure dans l'identification d'un traitement efficace pour résoudre le problème de l'allergie alimentaire dans les sociétés occidentales.", ajoute-t-elle. Les scientifiques veulent maintenant mener d'autres études pour savoir si l'effet bénéfique de ce traitement a également entraîné une meilleure qualité de vie.

Bientôt une commercialisation?

Ces derniers ont également établi un partenariat avec une société de biotechnologie nommée Prota Therapeutics pour qu'un traitement soit développé et présenté à la Food and Drugs Administration (FDA). "Pour la première fois, nous pourrions avoir des produits sur le marché qui offrent des avantages thérapeutiques significatifs et durables, permettant aux malades de manger des produits à base d'arachide sans y penser, dans le cadre d'un régime régulier tout comme les personnes non affectées.", fait savoir le Dr. Suzanne Lipe, directrice de la société.

Mais avant d'être mis sur le marché, ce possible traitement doit encore fait l'objet d'un plus grand et dernier essai clinique de phase III. En France, l'entreprise DBV Technologies est également spécialisée dans le développement de solutions de diagnostic et de traitement des allergies alimentaires. Cette dernière mène actuellement un essai clinique de phase III pour évaluer l'innocuitéet l'efficacitéde "Viaskin Peanut" dans le traitement de patients âgés de 1 à 3 ans atteints d’allergie à l’arachide.

Le patch Viaskin Peanut est un produit qui repose sur l'immunothérapie par voie épicutanée (épiderme), un procédé développé par cette société consistant à administrer des composés biologiquement actifs au système immunitaire à travers la peau. Ce qui permet ainsi une diminution des réponses spécifiques aux allergènes. Son programme de recherches comprend également des essais cliniques sur "Viaskin Milk" (lait) et "Viaskin Egg" (oeufs).

Alexandra Bresson