BFMTV

Le patient au coeur artificiel "s'alimente normalement"

Les professeurs Carpentier, Fabiani et Latrémouille, de l'hôpital George-Pompidou, avec la ministre Marisol Touraine, le 21 décembre dernier.

Les professeurs Carpentier, Fabiani et Latrémouille, de l'hôpital George-Pompidou, avec la ministre Marisol Touraine, le 21 décembre dernier. - -

Greffé il y a douze jours du premier cœur artificiel, le patient de 75 ans se porte "aussi bien que possible", selon les médecins qui l'ont opéré.

Le premier homme à avoir été greffé d'un coeur artificiel Carmat est dans un état "très satisfaisant", selon un communiqué de l'hôpital européen Georges-Pompidou lundi, où le patient a été opéré.

Le coeur a été implanté il y a douze jours par les professeurs Latrémouille et Duveau, sous la direction du professeur Carpentier.

"Le malade s’alimente normalement et a pu, dimanche après-midi, passer sans gêne notable trois heures dans un fauteuil en présence de sa famille", précise également le communiqué de ses médecins, les professeurs Alain Carpentier et Christian Latrémouille.

Pénurie de cœurs à greffer

"Le coeur artificiel fonctionne normalement, répondant sur un mode totalement automatique aux besoins de l’organisme sans qu’aucun ajustement manuel n’ait été nécessaire", poursuit l'équipe médicale, qui indique que "la prothèse n’a nécessité aucun traitement immunosuppresseur malgré l’origine animale des matériaux bioprothétiques utilisés pour assurer une bonne comptabilité avec le sang".

Un nouveau bulletin sera publié dans une semaine, précise l'équipe de l'hôpital Georges-Pompidou.

Le coeur Carmat est destiné aux malades en assistance cardiaque terminale. Des coeurs artificiels sont implantés dans le monde depuis une dizaine d'années mais il s'agissait de machines temporaires, posées dans l'attente d'une greffe. Le coeur artificiel Carmat est, lui, autonome. Il vise à pallier la pénurie de coeurs à greffer mais aussi à apporter une solution aux contre-indications à la transplantation.

M. R.