BFMTV

Le dépistage du prince Harry fait exploser les demandes d’autotest au VIH

Le prince Harry, ici à la conférence de Durban sur le sida, a pratiqué un dépistage au VIH en direct sur Facebook le 14 juillet. Un geste qui a fait bondir les demandes d'autotests en Angleterre dans les jours suivants.

Le prince Harry, ici à la conférence de Durban sur le sida, a pratiqué un dépistage au VIH en direct sur Facebook le 14 juillet. Un geste qui a fait bondir les demandes d'autotests en Angleterre dans les jours suivants. - MATTHEW KAY / AFP

Une organisation caritative britannique luttant contre le VIH et le sida rapporte qu’après le dépistage en direct du prince Harry, le 14 juillet, elle a enregistré une hausse de 400% des demandes d’autotest dans le cadre d’une étude conduite sur plusieurs jours.

Voilà une opération de communication qui n’aura pas servi à rien. Le 14 juillet, le prince Harry a accepté d’être dépisté pour le VIH en vidéo et en direct sur Facebook. Un geste en apparence anodin, voué à banaliser cette pratique encore taboue, mais qui, à en croire une organisation caritative britannique, a eu un énorme impact sur la population. Tournée à Londres, la vidéo a recueilli plus de 2 millions de vues.

Depuis ce jour, comme le rapporte la presse britannique, le Terrence Higgings Trust, un organisme de lutte contre le VIH et le sida, a noté une hausse spectaculaire des demandes d’autotest: ils ont augmenté de 400% après la diffusion de la vidéo.

150 tests par jour au lieu d'une trentaine

Pendant plusieurs jours, l’organisation caritative proposait en effet à des particuliers de leur envoyer des autotests gratuits afin qu’ils connaissent leur statut sérologique. "Nous savons qu’une personne sur six vivant avec le VIH ne sait pas qu’elle est séropositive”, explique le Docteur Michael Brady, directeur médical du Terrence Higgins Trust, interrogé par le Telegraph.

Développer les autotests permettrait donc aux personnes séropositives qui s’ignorent d’avoir connaissance de leur infection et donc d’être traitées et de limiter les nouvelles contaminations.

Des demandes dans tout le Royaume-Uni

Pendant cette opération, le centre a envoyé 150 tests par jour les 14 et 15 juillet, et 4.750 au total. Deux jours avant la diffusion de la vidéo du prince Harry, seules 32 demandes de tests avaient été reçues. De l’île de Guernesey à celle de Man, en passant par l’Irlande du Nord, les demandes sont venues de tout le royaume britannique.

Grâce à cette opération, au moins 26 personnes ont appris leur séropositivité et en ont fait part au centre, qui peut désormais leur apporter un soutien et les diriger vers un suivi médical. 

Charlie Vandekerkhove