BFMTV

Le coeur brisé, un syndrome qui peut vraiment s'avérer mortel

-

- - John Macdougall - AFP

Les femmes ménopausées atteintes d'un stress émotionnel fort seraient les plus sujettes à avoir une altération de la fonction cardiaque correspondant au "coeur brisé".

Qui n'a jamais eu le coeur brisé? Le plus souvent, le risque n'est pas mortel... Mais ce phénomène n'est pas aussi anodin qu'il le semble. Des cardiologues suisses ont travaillé récemment sur le phénomène biologique qui accompagne ce processus de chagrin. Ces 26 médecins ont publié une enquête, jeudi, dans la revue spécialisée New England Journal of Medecine.

D'après les observations de 1.750 patients américains et européens, la cardiomyopathie - nom savant du "coeur brisé", toucherait neuf fois plus les femmes que les hommes. Les femmes ménopausées de plus de 60 ans soumises à un stress semblent particulièrement concernées "mais nous avons aussi identifié les patients qui étaient des facteurs de stress physiques masculins et jeunes", précise l'étude.

Le coeur se contracte

Concrètement, lorsque le cœur est "brisé", la fonction cardiaque est altérée par l'intermédiaire du cerveau. Le coeur se contracte au point, parfois, de provoquer un infarctus et les sujets ressentent une douleur dans la poitrine et un essoufflement. On parle de "takotsubo", car le phénomène a été découvert au Japon et semblait être déclenché par des événements très stressants comme le décès d'un conjoint.

9,9% des patients étudiés ont connu un problème cardiaque ou un accident vasculaire cérébral et le taux de mortalité annuel s'est établi à 5,6%. Une seconde étude doit venir compléter ces premiers résultats, comme l'explique Fox News.

A. D.