BFMTV

La Nasa dévoile seize minutes de son de Perseverance en train de rouler sur Mars

Le rover Perseverance de la Nasa a fait tourner ses roues avec succès sur Mars pour la première fois depuis son atterrissage

Le rover Perseverance de la Nasa a fait tourner ses roues avec succès sur Mars pour la première fois depuis son atterrissage - NASA/JPL-CALTECH

L'agence spatiale américaine a publié sur les réseaux sociaux un long extrait sonore au cours duquel on peut entendre le bruit des roues du rover se déplaçant sur la planète rouge.

Nouvel appel en provenance de Mars. Le 7 mars dernier, le robot de la NASA a parcouru 27,3 mètres dans le cratère de Jezero au cours desquels seize minutes d'audio ont été enregistrées par l'un des deux microphones de Perseverance, destiné au départ à capturer les sons de son atterrissage en février dernier.

Ce micro, qui n'est pas parvenu à capturer l'entrée dans l'atmosphère et la descente du rover, continue toutefois de fonctionner.

Des bruits de frottements métalliques, un son saturé, du vent de Mars et des chocs du robot sur le sol aride de la planète sont entendus notamment dans un extrait compilant plusieurs séquences de l'enregistrement dévoilé par la NASA sur son compte Soundcloud.

De précédents sons dévoilés le mois dernier

"Si j'entendais ces bruits sortir tout droit de mon véhicule, je m'arrêterais et j'appelerais une dépanneuse", a déclaré Dave Gruel, chef des caméras de Perseverance, "mais si vous preniez un moment pour réfléchir à ce que vous entendez et où cela a été enregistré, cela prend tout de suite sens".

Une partie du bruit s'explique notamment par le contact entre le sol martien et les six roues metalliques qui occasionne un son des plus désagréables. Un second microphone intégré à l'instrument SuperCam avait déjà dévoilé quelques semaines plus tôt du son du vent sur la planète rouge ainsi que le bruit de la caméra laser destinée à viser des roches pour ensuite analyser leur composition via la fumée qu'elles dégagent.

Des échantillons qui, une fois revenus à terme sur Terre, seront analysés par les scientifiques pour tenter de déterminer d'éventuels nouveaux signes de vie microscopique sur Mars.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV