BFMTV

La Lune a bien une influence sur votre sommeil voire sur votre humeur

Des pêcheurs sur une plage de Californie.

Des pêcheurs sur une plage de Californie. - DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A l'occasion de la "super Lune" de ce lundi soir, nous avons interrogé des spécialistes de la santé pour savoir si notre satellite avait une influence sur nos organismes.

Et si c'était la Lune? La question n'est pas la chasse gardée des astrologues et autres diseurs de bonne aventure. Le cycle lunaire et la pleine Lune, a fortiori quand il s'agit comme en ce 14 novembre d'une "super Lune", auraient une influence réelle sur nos organismes. Avant d'en venir aux tentatives d'explications, de quels effets parle-t-on? Les conséquences seraient de deux ordres, l'humeur et le sommeil. Selon Joëlle Adrien, neurobiologiste et directrice de recherche à l'Inserm, "les études montrent une diminution de la durée et de la qualité du sommeil". 

"La pleine Lune entraîne une réduction de 20 minutes du sommeil. On éprouve plus de difficulté à s'endormir, avec un retard de cinq minutes à l'endormissement", explique la neurobiologiste.

Des études menées a posteriori

Comment sait-on cela? "Statistiquement, il y a une différence lors de la pleine Lune", expose la chercheuse. En réalité, deux types d'études amènent à cette conclusion. Celles dites "objectives", ou "polysomnographiques". En clair, plusieurs variables sont relevées au cours du sommeil: "encéphalogramme, activité musculaire, respiration, rythme cardiaque, mouvements des yeux". Le deuxième type d'études est dit "subjectif". "On demande aux personnes quel a été leur sommeil".

Un des problèmes de ces études, détaille Joëlle Adrien, est qu'elles restent "rétrospectives". "On regarde a posteriori dans quelle phase était la Lune. On saurait plus de choses si on étudiait les différences de sommeil chez les mêmes personnes", estime-t-elle. 

Une influence sur l'humeur

L'autre sphère d'influence de la Lune serait celle de l'humeur. Anne-Claire Meret, naturopathe, auteure de La naturopathie pour les nuls (éditions First), indique deux facteurs d'influence sur notre état d'esprit. 

Le premier concerne exclusivement les femmes. "Nous sommes beaucoup à être réglées sur le cycle lunaire", constate-t-elle. Le second concerne les deux sexes. Selon cette praticienne, la pleine Lune nous inciterait à "mieux nous connecter à nous-mêmes, à nous recentrer sur nous-mêmes". Parallèlement, nous serions moins enclins "à accepter les choses qui nous dérangent".

Selon l'astronome Bernard Melguen, auteur avec la journaliste Catherine Sauvat de Lune, la face cachée de la Terre (éditions de la Martinière), l'influence de notre satellite sur l'humeur n'a rien d'évident. Les quelques études réalisées sur le sujet divergent grandement. "Hypothèse: si beaucoup de soignants croient à l'influence de la Lune sur l'humeur des patients, ce serait car leur jugement serait lui-même influencé par cette croyance", avance-t-il.

Comment tenter d'expliquer cette influence?

Au moins pour les troubles du sommeil, plus solidement établis que ceux de l'humeur, différentes hypothèses sont avancées pour justifier l'influence de la Lune. La première explication est celle du "champ magnétique", mais sans preuve scientifique incontestée.

"Les dauphins et d'autres mammifères marins se repèrent à l'aide du champ magnétique. Nous pourrions, dans un lointain passé, avoir eu des organes sensibles à cette force", avance Joëlle Adrien.

Les perturbations liées à la pleine Lune constitueraient un témoignage de cette lointaine généalogie.

Une autre explication serait "comportementale et culturelle". "Certains peuples sortent pendant les nuits de pleine Lune ou prolongent les fêtes, car il y a davantage de lumière". Cette lumière accrue entraîne aussi, troisième hypothèse, "une diminution de la production de mélatonine". Cette hormone sécrétée quand le jour décroît joue un rôle primordial pour le déclenchement de notre sommeil. La neurobiologiste fait le lien avec l'usage des téléphones et tablettes, qui émettent une lumière bleue, et perturbent l'endormissement selon le même processus.

David Namias