BFMTV

La gastro-entérite arrive plus tôt que prévu

La gastro-entérite aiguë est une inflammation de la muqueuse du tube digestif responsable de diarrhée et fréquemment de douleurs abdominales et vomissements.

La gastro-entérite aiguë est une inflammation de la muqueuse du tube digestif responsable de diarrhée et fréquemment de douleurs abdominales et vomissements. - iStock

L'épidémie de gastro-entérite frappe très fort cette année. Selon les récentes données fournies, plus de 200.000 personnes sont déjà touchées en France alors qu'un nombre aussi important de cas n'est en général atteint que trois mois plus tard par rapport à cette période de l'année.

L'automne est à peine arrivé qu'il faut déjà penser à se prémunir contre la gastro-entérite. Alors que les cas de grippe, de bronchiolite et de varicelle se font encore discrets, la gastro-entérite arrive avec trois mois d'avance, selon les données de l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan). Ce dernier met en effet en garde contre une "incidence de gastro-entérites anormalement élevée pour cette période de l’année".

Alors que le pic épidémique est plutôt attendu en début d'année, un total de 225.000 cas de gastro-entérite a déjà été recensé pendant la semaine du 7 au 13 octobre. Un nombre qui ne cesse d'augmenter, puisque "cette valeur est en augmentation de 14,14% par rapport à la semaine dernière (205.094). Ceci représente une incidence hebdomadaire de 353 cas pour mille habitants", précise l'Irsan.

Ce dernier affirme avoir observé que cette incidence dépassait de près de 20% les moyennes saisonnières dès le mois d'août. Si toutes les régions sont en forte progression, les plus touchées sont l'Ile-de-France, l'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Contre une épidémie qui s'annonce virulente, mieux vaut donc adopter dès maintenant les gestes de prévention.

Un lavage des mains efficace

Même des mains propres en apparence sont porteuses de nombreux germes. Il est vivement conseillé de se laver les mains pendant au moins 15 secondes et le plus régulièrement possible, notamment à des moments considérés comme essentiels: après être allé aux toilettes, avant de cuisiner ou de manger, avant de s’occuper d’un enfant ou encore en rentrant chez soi après avoir utilisé les transports en commun.

A noter que les solutions hydro-alcooliques doivent rester une solution de secours en cas d’absence d’eau et de savon. En effet, elles sont à utiliser sur des mains visiblement non souillées car elles désinfectent mais n’enlèvent pas les saletés.

Éviter les contacts avec des personnes infectées

Si limiter les embrassades et le serrage de mains va de soi, il faut également faire attention aux objets contaminés par le malade et à ne pas boire ou manger des aliments contenant le virus préalablement déposé par ce dernier (boire dans le même verre, personne malade préparant le repas pour les autres). Une précaution qui doit durer plusieurs jours, même après le rétablissement.

De fait, "la gastro-entérite dure en moyenne de 2 à 5 jours, mais on peut rester contagieux jusqu’à trois jours après la guérison", précise Santé Publique France. Le virus responsable de la maladie étant particulièrement résistant, il peut survivre sur les surfaces inertes jusqu’à sept jours.

Que faire si je tombe quand même malade?

Si on est malade, il s’agit de limiter les contacts avec d’autres personnes, en particulier les plus fragiles (bébés, personnes âgées). Il est conseillé de ne pas serrer les mains, d’éviter d’embrasser les personnes et de ne pas partager ses effets personnels (couverts, verre, brosse à dents, serviette de toilette...).

Pendant plusieurs jours, il est même recommandé de confier si cela est possible le soin de cuisiner à une autre personne et de désinfecter régulièrement la cuvette des toilettes. Face aux diarrhées et vomissements importants les premiers jours, le premier réflexe est de s'hydrater (tisanes, bouillons salés, eau) et de manger léger, de préférence une alimentation pauvre en fibres.

Alexandra Bresson