BFMTV

La Bretagne et les Hauts-de-France particulièrement touchés par le cancer

Une personne atteinte du cancer à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon (Photo d'illustration) - AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Une personne atteinte du cancer à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon (Photo d'illustration) - AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP - -

Le nombre de cancers de la lèvre, de la bouche et du pharynx, notamment, est particulièrement élevé dans ces deux régions.

Certains types de cancers sont plus nombreux dans certaines régions françaises que d'autres. C'est ce que révèle une étude publiée mercredi 23 janvier par Santé publique France et relayée par France info. Cette agence, qui dépend du ministère de la Santé, a répertorié les différents cas de cancers dans chaque région entre 2007 et 2016. 

Selon les résultats, en Bretagne et dans les Hauts-de-France, les hommes sont particulièrement touchés par des cancers de la lèvre, de la bouche et du pharynx mais aussi par les cancers de l'oesophage et des testicules.

Chez les femmes, les cancers du sein, de l'oesophage et de l'estomac sont les plus fréquents. En revanche, les deux régions sont peu touchées par les cancers de la vessie, du rein, du pancréas, de la thyroïde et le lymphome de Hodgkin.

Alcool et tabac comme facteurs aggravants

Comment expliquer que certains cancers soient plus fréquents que d'autres dans ces deux régions? Les cancers les plus représentés, notamment ceux de la bouche ou de l'estomac, sont favorisés par la consommation de tabac et d'alcool. Or, "une étude réalisée en 2005 avait montré que les ivresses et les comportements de consommation à risque étaient significativement plus importants chez les hommes et chez les femmes en Bretagne que partout ailleurs en France." Ceci expliquerait donc en partie la situation régionale selon les auteurs de l'étude. 

D'autres régions, à l'inverse, sont plutôt épargnées. Par exemple, la Bourgogne-France-Comté s'illustre comme l'une des régions où le nombre de cancers du sein, cancer le plus fréquent chez la femme, est le plus bas. L'Auvergne-Rhône-Alpes, l'Ile-de-France et l'Occitanie, ont un nombre de cancers globalement plus faible que la moyenne nationale. 

Cyrielle Cabot