BFMTV

L'espérance de vie à la naissance reste stable, celle à 65 ans progresse

Des résidents d'une maison de retraite aux Etats-Unis le 15 octobre 2008. (Photo d'illustration).

Des résidents d'une maison de retraite aux Etats-Unis le 15 octobre 2008. (Photo d'illustration). - Tim Sloan - AFP

Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais pas toujours en bonne santé.

L'espérance de vie est quelque chose de complexe à définir. Lorsqu'on la calcule "à la naissance", elle correspond à l'âge moyen qu'une génération fictive peut espérer vivre, tout en prenant en compte les conditions de mortalité aux étapes de la vie. 

C'est pour cela qu'il est nécessaire qu'elle soit complétée par une dimension qualitative (l'espérance de vie "en bonne santé", ou "sans incapacité"), voire ajustée en fonction de l'âge auquel on se trouve. 

Ainsi, selon les chiffres officiels de la Drees publiés en ce mois d'octobre, l'espérance de vie à la naissance a progressé d'environ un an en entre 2008 et 2018, pour s'établir à 79,4 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes. Elle a tendance à stagner ces dernières années. 

Une espérance de vie plus haute à 65 ans

L'espérance de vie à 65 ans est une donnée plus parlante pour les seniors d'aujourd'hui. Pour les femmes, elle est de 23,2 ans et pour les hommes de 19,4 selon les données provisoires de 2018 de l'Insee.

Toutefois, il est intéressant de se pencher sur la qualité de vie, notamment à l'arrivée à la retraite. L'espérance de vie à 65 ans en bonne santé, "sans incapacité", est de 11,2 ans pour les femmes et 10,1 ans pour les hommes. 

Si ces chiffres ont progressé de plus d'un an depuis 2008, ils montrent en revanche une bien moindre différence entre les deux sexes que simplement l'espérance de vie, en particulier à la naissance. 

Des femmes en vie plus longtemps, pas toujours en bonne santé

Selon les données de la Drees, l'espérance de vie en bonne santé à la naissance s'établit aujourd'hui à 64,5 ans pour les femmes et de 63,4 ans pour les hommes. L'écart est donc d'à peine un an.

"Les années de vie supplémentaires dont jouissent les femmes sont vécues avec certaines limitations d'activité", en conclut la Drees, relayée par l'AFP: à 65 ans, une femme peut espérer encore vivre 3,8 années de plus qu'un homme, mais seulement 1,1 an de plus en bonne santé.

"La part des années vécues sans incapacité au sein de l'espérance de vie diminue légèrement", ajoute la Drees, qui précise qu'elle "avoisine 79% pour les hommes et 75% pour les femmes". 
Liv Audigane