BFMTV

L'Académie de médecine alerte sur les problèmes de sommeil des enfants pendant le confinement

Un individu au lit - Image d'illustration.

Un individu au lit - Image d'illustration. - Jafsegal - Flickr - CC

Dans un communiqué publié lundi soir, les Académiciens font état d'une dégradation du sommeil des enfants et adolescents pendant le confinement. Les écrans sont de nouveau pointés du doigt.

L’Académie nationale de médecine alerte sur la perturbation de l’horloge biologique des enfants et adolescents pendant le confinement. Dans un communiqué publié lundi soir, elle pointe, une nouvelle fois, les écrans comme principaux responsables de ce dérèglement. 

Une utilisation "abusive" des écrans

“Un nombre important d'enfants et adolescents sont désynchronisés en raison d'une utilisation abusive, souvent tard le soir, de divers écrans” pendant le confinement, font savoir les Académiciens.

A cause de la “raie bleue du spectre lumineux” des portables, tablettes ou écrans de télévision, l’organisme est perdu dans “ses repères usuels”, à savoir la lumière le jour, l’obscurité la nuit. Cette perturbation peut entraîner “des troubles du sommeil, qui est retardé et raccourci, des troubles de l'humeur, des troubles de l'appétit, des troubles de la vigilance et une fatigue persistante”, rappelle l’Académie de médecine. 

Recréer un rythme

Cette dernière recommande donc de “limiter l'utilisation des consoles dans la journée et d'exclure leur utilisation dans l'heure qui précède le coucher” et de “ne pas exposer aux écrans les enfants âgés de moins de 3 ans”. Durant la journée, privilégiez donc les activités manuelles ou la cuisine. Le soir, la lecture d’un livre.

Concernant le déroulement des journées des jeunes confinés, les Académiciens conseillent aux parents “d'organiser les activités de la journée selon un programme horaire régulier”, afin de recréer un rythme auquel peut s'habituer l'organisme. Ils encouragent également “de mettre à profit l'heure quotidienne de sortie du confinement pour inciter l'enfant à se dépenser physiquement”.

Enfin, l’Académie de médecine demande à “être attentif à la tendance de repli sur soi chez l'adolescent” pendant le confinement. En effet, le manque de sommeil et l’isolement dû au confinement peut avoir des effets sur le moral. Selon un sondage de l’institut Ifop réalisé entre le 31 mars et le 2 avril, les trois quarts des Français interrogés avaient du mal à dormir. Des signes de détresse psychologique ont également été observés sur un Français sur trois.

E.P avec AFP