BFMTV

Retour à l'école lundi: Blanquer recommande de ne pas envoyer les enfants à la cantine si possible

Un enfant à la cantine.

Un enfant à la cantine. - DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Le ministre de l'Éducation conseille aux parents de faire manger leurs enfants chez eux s'ils le peuvent, mais rappelle l'importance du maintien de la restauration collective.

La rentrée des classes aura bien lieu ce lundi pour les élèves de maternelle et de primaire, avant la reprise des collégiens et des lycéens une semaine plus tard. Alors que les écoles préparent cette réouverture avec un cadre sanitaire strict, Jean-Michel Blanquer recommande aux parents qui le peuvent de faire manger leurs enfants chez eux.

"C’est aussi bien qu’il y ait moins d’enfants à la cantine, et que ce soient ceux qui en ont le plus besoin qui en bénéficient", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale vendredi matin sur France Info.

Un "maillon faible", mais indispensable

Pour Jean-Michel Blanquer, la restauration collective reste un "maillon faible" de la vie quotidienne en terme de contamination. "Le protocole a déjà été durci à de nombreuses reprises, notamment en termes d’emploi du temps, pour limiter les brassages", affirme-t-il dans une interview au Parisien.


À l'heure actuelle, ce protocole, décrit sur le site du ministère de l'Éducation nationale, demande d'accorder une attention particulière à l’hygiène des mains des enfants, ainsi qu'au renouvellement de l’air dans les espaces de restauration. De plus, les tables doivent être nettoyées et désinfectées, "a minima, après chaque service et si possible après chaque repas".

En maternelle et au primaire, "les élèves d’une même classe déjeunent ensemble en maintenant une distanciation d’au moins deux mètres avec ceux des autres classes". Au collège et au lycée, si la distanciation sociale est impossible à respecter, le protocole recommande de faire déjeuner les élèves d’un même groupe ensemble, et de séparer les différents groupes d'au moins deux mètres.

Quoi qu'il en soit, la cantine reste néanmoins "indispensable", a ajouté Jean-Michel Blanquer. "Sur le plan social, (elle) reste nécessaire".

"Pour beaucoup d'enfants, c'est le moment d'un repas équilibré. Il y a un enjeu social et un enjeu de santé, a-t-il insité sur France Info.
Samuel Kahn