BFMTV

Grippe: vers la fin de l'épidémie qui a touché un million de Français

Près d'un million de personne a contracté la grippe en France cet hiver.

Près d'un million de personne a contracté la grippe en France cet hiver. - -

Les vacances scolaires pourraient bien participer au ralentissement de l'épidémie de grippe qui a sévi cet hiver.

Si vous ne faites pas partie du million de Français qui ont attrapé la grippe cette année, vous pourriez bien être épargné définitivement. L'épidémie de grippe tend à ralentir et à se stabiliser, selon les réseaux de surveillance de la grippe.

Dans son bulletin hebdomadaire, l'Institut de veille sanitaire (InVS) observe mercredi une "stabilisation du nombre de consultations pour syndromes grippaux et de passages aux urgences pour grippe" ainsi qu'une "augmentation modérée du nombre d'hospitalisations et d'admissions en réanimation".

"L'épidémie est en phase de ralentissement voire de décroissance", relève pour sa part le réseau Sentinelles-Inserm.

Selon des données conjointes des Grog (Groupes régionaux d'observation de la Grippe) et du réseau Sentinelles, l'InVS estime que depuis le début de l'épidémie, 940.000 personnes ont consulté un médecin.

Les plus touchés: Rhône-Alpes, PACA et Bourgogne

Les régions Rhône-Alpes, PACA, Bourgogne et Champagne-Ardenne étaient la semaine dernière les plus touchées (avec des taux de consultations supérieurs à 600/100.000 habitants contre 438/100.000 en moyenne en métropole), selon ces données.

Depuis le 1er novembre 2013, 338 cas de grippe ont été admis en réanimation dont 68 nouveaux cas signalés la semaine dernière. Parmi ces 338 malades, 27 décès au total ont été recensés, ajoute l'institut.

86% des cas graves présentaient un facteur de risque. Parmi les facteurs de risque autre que l'âge, les pathologies pulmonaires étaient les plus fréquentes (37%), suivies de l'obésité avec ou sans autres pathologies associées (22%), des maladies cardiaques (18%) et du diabète (17%).

Au moins 62% de ces cas graves admis en réanimation n'étaient pas vaccinés. Les vacances scolaires pourraient favoriser la décrue épidémique.

A. D. avec AFP