BFMTV

Faut-il accélérer le déconfinement? Véran appelle à "avancer prudemment"

Olivier Véran, ministre de la Santé, a évoqué la situation sanitaire générale, en marge d'un déplacement à Argenteuil ce lundi.

Qu'on "laisse les gens vivre", a réclamé ce dimanche dans le JDD Jean-François Delfraissy, le patron du Conseil scientifique: au vu de l'amélioration de la situation sanitaire, certaines voix comme la sienne exigent désormais une accélération du déconfinement. Interrogé lors d'un déplacement dans le Val-d'Oise, l'un des départements où le coronavirus circule encore le plus activement, Olivier Véran a appelé à la prudence.

"Je comprends les demandes, les attentes, l’impatience de pouvoir reprendre notre vie normale au plus vite", a réagi le ministre de la Santé devant le gymnase où se déroulait une opération de dépistage. "C’est le professeur Delfraissy qui a écrit qu’entre le moment où on déconfine et le moment où ça peut avoir un impact sur l’épidémie, il faut dix à 15 jours." 

"Nous évaluons la situation au jour le jour"

"Donc il faut avancer prudemment, en étant déterminé pour permettre aux Français de retrouver toutes leurs libertés, leur joie de vivre comme avant mais sans laisser aucune chance au virus de repartir, c’est trop important", a ajouté le ministre de la Santé.

"Nous évaluons la situation au jour le jour, avec nos indicateurs, en fonction aussi de la saturation de notre système de santé"; a précisé Olivier Véran. "Nous pouvons vérifier jour après jour que la situation s’est améliorée et continue de s’améliorer mais nous montrons aussi qu’il est trop tôt pour relâcher en aucune manière notre vigilance, celle du système sanitaire et celle des Français également."

"Si la situation s’améliore, c’est grâce aux efforts de tous et que ces efforts doivent être récompensés dans la durée et que nous arriverons à terrasser ce virus. L’heure n’en est pas encore venue même si les indicateurs s’améliorent", a-t-il martelé. 

Robin Verner