BFMTV

Explosion du nombre de cas d'hépatite E transmis par la charcuterie

Charcuterie. (illustration)

Charcuterie. (illustration) - Lucas Richarz - Flickr -CC

Généralement asymptomatique ou bénigne, la maladie peut être grave chez certaines personnes fragilisées.

La nouvelle ne redorera pas le blason de la charcuterie, décidément épinglée par les autorités médicales. Certaines spécialités à base de foie cru de porc ou contenant du sanglier ou du cerf, peuvent transmettre le virus de l'hépatite E. Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire et l'Institut de veille sanitaire, le nombre de cas de transmission de cette maladie qui s'attaque au foie explose. Entre 2002 et 2016, on est passé de 2 à 2.292 cas. 

Deux vecteurs de contamination existent. Le premier est le contact avec l'eau ou les aliments souillés par des matières fécales. C'est particulièrement le cas dans des pays ou le manque d'hygiène est patent. Ou encore pour les personnes travaillant au contact des animaux. 

Un deuxième mode de contamination résulte de la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite, de porc et de sanglier principalement. En France, les régions les plus touchées par ce phénomène sont l'Occitanie, la Corse et Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

Une maladie généralement bénigne

Dans sept cas sur dix, l'hépatite E est asymptomatique. Mais dans certains cas, après une incubation qui peut durer de deux à huit semaines, des symptômes plus graves peuvent apparaître: jaunisse, fièvre, perte d'appétit, nausées, douleurs abdominales. Pour certains organismes fragilisés, les conséquences peuvent être dramatiques.

Ainsi, selon l'OMS, 20 millions de personnes dans le monde ont contracté cette infection. En 2015, 44.000 personnes en sont mortes. En France, l'hépatite E fait en moyenne 18 morts par an.

Pour se prémunir contre le virus, il est conseillé de se laver soigneusement les mains et de cuire à cœur les produits porcins ou certains gibiers.

D. N.