BFMTV

Enceinte des enfants d'une autre: inspection dans un hôpital de Rome

Enceinte de jumeaux, une italienne a appris au troisième mois de grossesse qu'ils n'étaient pas ses enfants. (Photo d'illustration)

Enceinte de jumeaux, une italienne a appris au troisième mois de grossesse qu'ils n'étaient pas ses enfants. (Photo d'illustration) - -

Malgré les précautions prises, une femme s'est retrouvée enceinte de jumeaux conçus in vitro par un autre couple. L'erreur a été découverte après trois mois de grossesse.

A l'origine de l'enquête, un échange d'embryons entre deux couples dans le cadre d'un processus de fécondation assistée en Italie. Le ministère italien de la Santé a annoncé dimanche le lancement d'une inspection dans un hôpital romain.

Selon le journal La Stampa, l'erreur a eu lieu le 4 décembre, quand quatre couples différents se sont soumis dans l'hôpital Sandro Pertini à Rome à une fécondation assistée. Malgré les précautions prises, une femme s'est retrouvée enceinte de jumeaux conçus in vitro par un autre couple. Une fois l'erreur découverte, l'unité médicale spécialisée dans le traitement de la stérilité a été fermée par la Région italienne du Latium, dont dépendent toutes les structures sanitaires de cette zone géographique.

Dans le communiqué annonçant une inspection dans l'établissement, la ministre Beatrice Lorenzin a assuré avoir appris ces informations par la presse.

L'erreur découverte après trois mois

"Les normes nationales sur la fécondation assistée en application des directives européennes sont très rigoureuses et garantissent, si elles sont correctement appliquées, la traçabilité de tout le matériel biologique pendant le parcours de fécondation assistée", a noté la ministre. Le ministère entend donc vérifier si l'hôpital Pertini a "respecté toutes les procédures prévues par la loi et les raisons pour lesquelles l'autorité centrale (le ministère) n'a pas été avertie" du problème.

L'erreur a été découverte quand la mère avait atteint le troisième mois de grossesse et avait fait un test pour détecter d'éventuelles maladies génétiques. Une commission d'enquête a également été constituée sous l'égide de la région de Rome et placée sous la houlette du recteur de l'Université de Tor Vergata, le généticien Giuseppe Novelli.

Cette commission de cinq experts va devoir notamment déterminer s'il n'y a pas eu échange d'embryons pour deux autres mères traitées début décembre tandis que, pour le quatrième couple, la fécondation assistée avait échoué.

La santé est gérée par régions

L'unité sanitaire (ASL) romaine concernée a indiqué n'avoir été informée d'un problème d'"incompatibilité génétique" entre les parents et les embryons que le 27 mars. Toutes les implantations d'embryons fécondés in vitro ont été interrompues dans l'hôpital Pertini jusqu'à nouvel ordre.

La direction de cette ASL s'est toutefois voulue rassurante en indiquant que si l'erreur était confirmée, il s'agirait "probablement d'un cas isolé". Selon Filomena Gallo, de l'association Luca Coscioni (qui prône la liberté de recherche dans le domaine génétique), le Latium "est la seule région d'Italie où les centres de fécondation assistée ne bénéficient pas d'autorisations officielles et ne sont pas contrôlés".

Le président de la région Nicola Zingaretti a dénoncé des allégations "totalement fausses", affirmant dans un communiqué que l'un des premiers décrets qu'il avait adoptés en prenant ses fonctions en mars 2013 avait été d'"accréditer les centres de fécondation assistée". La santé est un domaine complètement régionalisé dans son organisation et son financement en Italie.

A. D. avec AFP